Mamadou, footballeur sous une fausse identité en Tunisie

Yassine Ben Mohamed*, milieu gauche, s’empare du ballon de foot et marque un but. Dans les gradins, les supporters de l’équipe scandent son nom pour le féliciter “Ben Mohamed ! Ben Mohamed !”. Sauf que ce joueur n’existe pas vraiment. Derrière Yassine Ben Mohamed se cache Mamadou*, Ivoirien sans-papiers en Tunisie.

| 04 Août 2020 | 15 minutes

Le dilemme de la justice antiterroriste

Cette série illustrée est une plongée inédite dans les rouages de la justice antiterroriste tunisienne. Elle prolonge le documentaire Daech, le dilemme de la justice et compile plus de deux ans d’enquêtes et d’entretiens pour tenter d’éclairer les enjeux de l’antiterrorisme en Tunisie.

Pour la première fois, une équipe a obtenu l’autorisation de dessiner les audiences d’accusé·es dans des affaires liées au terrorisme en Tunisie et eu accès aux entrailles du tribunal avec des entretiens exclusifs auprès de magistrat·es et avocat·es tunisien·nes en charge de dossiers emblématiques. 

Depuis les audiences au coeur du Palais de Justice de Tunis, aux origines historiques du “désastre”, en passant par les risques liées à la détention, aux mesures de contrôle arbitraires ou au retour des Tunisien·nes détenu·es en zone de conflit, les 5 épisodes de cette série explorent les multiples facettes du jihadisme et de la lutte antiterroriste en Tunisie. 

| 27 Juin 2020

El Kamour, les protestations continuent sous la répression

Dans la nuit du 20 au 21 juin, un peu avant minuit, des policiers démantèlent les camps des manifestants du mouvement d'El Kamour, dans la région de Tataouine. Le gouvernorat devient le théâtre de violences entre les forces de l’ordre et les protestataires. Depuis trois ans, El Kamour est dans une impasse.

| 30 Juillet 2020 | 7 minutes
Thématique

Crise du Covid-19 en Tunisie

Un virus se propage et le monde entier est paralysé. Comment le secteur de la santé affronte-t-il cette pandémie, quelles politiques faut-il appliquer, comment limiter l'effondrement économique ? Comme partout, la Tunisie essaie de se préparer à la crise. À l’heure où la moitié de la population mondiale est confinée, c’est tout le système qui est bousculé.

Podcast | Tu étais où le 14 janvier ?

Pendant un an, en préparation des dix ans de la révolution, Inkyfada revient sur les événements du 14 janvier 2011 à Tunis, à travers des récits personnels d’individus qui y étaient, en proposant une documentation alternative de l’Histoire contemporaine, basée sur plusieurs perspectives.

Zied,‌ ‌contrôleur‌ ‌financier,‌ ‌750‌ ‌dinars‌ ‌par‌ ‌mois‌

Zied‌ ‌revit.‌ ‌En mai, après‌ ‌six‌ ‌semaines‌ ‌de‌ ‌confinement‌ ‌sanitaire,‌ ‌le‌ ‌jeune‌ ‌homme‌ retrouve‌ ‌le‌ ‌chemin‌ ‌de‌ ‌son‌ ‌café‌ ‌habituel‌ ‌pour‌ ‌un‌ ‌premier‌ ‌expresso‌ ‌déconfiné.‌ ‌‌“Une‌ renaissance !”‌,‌ ‌s’exclame-t-il.‌ ‌La‌ ‌vie‌ ‌reprend,‌ ‌le‌ ‌travail‌ ‌aussi,‌ ‌comme‌ ‌avant‌ l’épidémie.‌
| 24 Juillet 2020

Baya, le confinement en télétravail, 1100 dinars par mois

D’habitude, Baya passe ses journées derrière son ordinateur dans son bureau, téléphone à la main, enchaînant les rendez-vous. Avec l’annonce du confinement pour endiguer l’épidémie du Covid-19, elle a dû passer en télétravail et en a profité pour retourner chez ses parents dans les environs de Nabeul. “Je ne voulais pas rester seule dans mon studio. Ici, je peux profiter de ma famille tout en travaillant.”

| 23 Mai 2020

Leïla, la précarité au temps du Covid-19, 700 DT par mois

Leïla* vit dans la banlieue sud de Tunis, mais travaille essentiellement à Ennasr, aux Berges du Lac et à la Soukra. Depuis l’âge de 20 ans, elle est aide ménagère, cuisinière ou nourrice selon les familles. Elle a vu grandir des enfants, accompagné des marié·es, et cuisiné les jours d’enterrement. Depuis l’annonce du confinement pour faire face à l’épidémie du Covid-19, elle a été obligée de tout arrêter.
| 19 Avril 2020

El Kamour Un sit-in en plein désert

À 120 km du centre de Tataouine. Aux portes d’une zone désertique sous contrôle militaire renfermant les plus importants champs pétrolifères de Tunisie, des dizaines de protestataires sont déterminés à braver les conditions climatiques pour arracher leurs droits: l'emploi et le développement de la région. Le bras de fer durera près de trois mois avant d’aboutir à un accord fragile avec le gouvernement. Inkyfada vous fait vivre les derniers jours de ce sit-in hors du commun.
| 06 Octobre 2017

"Étrangère dans mon propre pays" : un droit non garanti à la nationalité tunisienne

Malgré une importante réforme du Code de la nationalité tunisienne en 2010, de nombreux obstacles subsistent sur la voie de la revendication de la citoyenneté tunisienne, en particulier pour les personnes nées en dehors de la Tunisie, de mère tunisienne et de père non tunisien. Dans un pays où environ 10% de sa population vit à l'étranger, les conséquences personnelles et politiques de ce système non codifié sont considérables. En clair.
| 07 Juillet 2020 | 20 minutes

Épisode 1 : Chasse aux sorcières Jnouss | Corps-objet, corps en lutte

Enfant, Khawla Ksiksi apprend à ignorer les remarques racistes qu’elle entend au quotidien. Devenue adolescente, les violences se multiplient, mélangeant mythes liés à la sorcellerie et objectification sexuelle des femmes noires. Ces injures l’impactent, mais elle tente de s’y adapter. Jeune étudiante, elle rencontre un homme blanc dont elle tombe amoureuse. Leur histoire, interrompue brutalement, lui fait finalement prendre conscience de la nécessité d’entrer en lutte.
| 16 Juillet 2020 | 24 minutes

Confi-Doc Vivre au temps du coronavirus

Mars, avril, mai 2020. Un temps suspendu”… “Dans le noir”… “On se retrouve seul”... “à travers deux temps antagonistes”… “En attendant la résurrection”…

Cinq réalisatrices partagent leurs pensées, leurs univers mais aussi leurs craintes et leurs peurs dans un climat d’incertitude. 

Pour dépeindre la situation actuelle dans un monde mis à l’arrêt par le coronavirus, ces cinq cinéastes ont réalisé cinq courts métrages pour partager des expériences individuelles et inédites. 

| 08 Juin 2020

Cléo, une militante transgenre réfugiée en Tunisie Inkystories

Originaire du Bénin, Cléo* a quitté son pays parce qu'elle est transgenre et militante. Elle vit en Tunisie depuis quelques années et a récemment obtenu le statut de réfugiée. Elle nous raconte son combat et son parcours.
| 09 Juin 2020 | 23 minutes

Covid-19 : Masques, le grand cafouillage des autorités

“Après le confinement, tout le monde devra porter des masques”, assurait le ministre de la Santé Abdellatif Mekki le 5 avril, alors que les autorités affirmaient le contraire quelques semaines auparavant. Arrivés tardivement sur le marché, ces dispositifs sont de plus en plus visibles dans les pharmacies et les étals de rue, contrastant avec le manque flagrant au début de l’épidémie. En coulisses, la production est sans cesse retardée et les directives restent floues.

| 13 Mai 2020 | 15 minutes

Fichage S17, un monstre échappe à son créateur

Le mercredi 5 septembre 2018, Mohamed Dhia Arab s’asperge d’essence, sort un briquet et s’immole silencieusement devant le commissariat de Menzel Bouzelfa, sous le regard des policier·es. Pour les proches du jeune homme, cela ne fait aucun doute : Mohamed Dhia s’est suicidé car il était fiché S17, lui donnant le sentiment de vivre dans une prison à ciel ouvert. Interdiction de quitter le territoire, surveillance permanente par les forces de l’ordre... Comme lui, ils et elles sont des milliers à être fiché·es, parfois sans même le savoir, au mépris de leurs droits fondamentaux.
| 28 Juillet 2020 | 20 minutes

Torture et détention, une machine à radicaliser

Les accusé·es de terrorisme ont souvent droit à un “traitement préférentiel” : arrestations brutales, incarcérations systématiques dans des conditions dégradantes sans distinction de la gravité du délit, actes de torture... Et quand ils et elles sont ensuite jeté·es en prison, mélangé·es sans distinction aux détenu·es de droit commun, la machine à radicalisation s’enclenche dans les cellules.

| 21 Juillet 2020 | 20 minutes
Thématique

Le drame des migrant.es

Face à la fermeture récente de la route grecque à la suite de l’accord UE-Turquie, et à celle de la frontière Maroc-Espagne depuis une décennie, la Libye reste le seul point de départ actif pour mettre le cap sur l’Europe. Mais cette route est aussi la plus dangereuse, que se passe-t-il au milieu de la Méditerranée?

Des revenant·es qui ne reviennent pas

Faut-il rapatrier massivement les ex-combattant·es tunisien·nes de l’État islamique pour les juger ? Cette question divise en Tunisie : pour beaucoup, il n’en est pas question. Alors même qu’il serait hasardeux aujourd’hui d’avancer le nombre exact de revenant·es potentiel·les compte tenu de la variation des estimations, le Conseil national de Sécurité a tranché : pour l’instant, seul·es quelques-un·es pourront revenir. Mais du côté de la justice, se pose le problème de la garantie de procès équitables. 

| 13 Juillet 2020 | 20 minutes

À l'origine du désastre

Depuis l’attentat de la Ghriba en 2002 puis l’attaque de Soliman en 2007, la propagande présentant la Tunisie comme étrangère au phénomène extrémiste a volé en éclats. En 2011, l’amnistie générale de tous·tes les prisonnier·es politiques, dont les attaquants de Soliman, a contribué à la fragilité sécuritaire. Entre laxisme politique et resserrement sécuritaire, le traitement des affaires liées au terrorisme en Tunisie ces deux dernières décennies, donne un éclairage nécessaire pour comprendre les problématiques actuelles.

| 04 Juillet 2020 | 15 minutes

Les entrailles du palais de justice de Tunis

Dans la salle d’audience n°6, les accusé·es défilent, devant les juges et avocat·es, sous le regard anxieux de leur famille. Sous la pression, une jeune femme s’écroule. Dans le public, son père pleure, impuissant. Au cœur du palais de Justice, les audiences s’enchaînent à l’infini, condamnant des centaines d’accusé·es lié·es de près ou de loin à des affaires de terrorisme. Ces jeunes sont l’incarnation d’un débat douloureux qui agite la justice, la sécurité et l’opinion publique.

| 27 Juin 2020 | 20 minutes

Covid-19 : l’impossible retour des Tunisien·nes décédé·es en France

Plus de laissez-passer pour les mort·es du Covid-19. Avec la fermeture des frontières, les familles des quelque 134 Tunisien·nes décédé·es en France ne peuvent plus rapatrier leurs mort·es. Obligées de les enterrer sur place, beaucoup souffrent de ne pas pouvoir honorer les dernières volontés de leurs proches.

| 21 Mai 2020 | 7 minutes