“Le dessous des dates” est une série d’articles qui s’intéresse à des dates clés de l’histoire contemporaine de la Tunisie. Elle reconstitue le récit d’une mémoire individuelle ou collective au prisme d’un contexte ou d’un événement marquant à l’échelle nationale.

7 et 8 novembre 1911, les révoltes du Jellaz. Chronique d’une escalade meurtrière

| 08 Novembre 2021 | 15 minutes
Le 7 novembre 1911 au petit matin, une confrontation éclate entre la population tunisienne et la police coloniale dans le cimetière du Jellaz. Bientôt, la colère prend pour cible les habitant·es italien·nes de la ville suite au meurtre d’un enfant.

1er octobre 1985. Le jour où l’armée d’occupation israélienne a bombardé la Tunisie

| 01 Octobre 2021 | 15 minutes
“J’ai vu les avions. Ils étaient gris et autour d’eux crépitaient des lumières telles les flashes des photographes. Quatre avions ont effectué le bombardement. Ensuite, deux autres sont venus. Puis le groupe de six avions est reparti du côté de la mer.” (Le Temps, 2 octobre 1985)

1er juin 1955. La fabrique d’un héros national

| 01 Juin 2021 | 20 minutes
Le 1 er juin 1955, le port de La Goulette accueille une marée humaine venue acclamer le président du Néo-Destour, Habib Bourguiba, suite à une absence de trois ans. La liesse populaire fait penser à une réaction spontanée mais cette journée a été orchestrée jusque dans ses moindres détails par le parti nationaliste.

9 avril 1938. L’expression d’une colère anticoloniale

| 09 Avril 2021 | 15 minutes
Complètement inattendue, une puissante manifestation anticoloniale éclate à Tunis. Le 9 avril 1938 est le point culminant d’une série de ripostes à une répression coloniale acharnée. 

Janvier 1984, les révoltes du pain. L’histoire oubliée des condamnés à mort

| 31 Janvier 2021 | 20 minutes
Hssan Snoussi, 16 ans et demi, est emprisonné à la suite des soulèvements populaires de janvier 1984. Le 3 janvier, jour où le mouvement insurrectionnel prend de l’ampleur dans la capitale et ses banlieues, le jeune homme se fait embarquer de force chez lui à Mellassine. Les policiers promettent à sa famille qu’ils vont bientôt le ramener. Il ne reviendra que 14 ans plus tard... 

7 novembre 1987. Une journée, deux présidents, deux unes

| 07 Novembre 2020 | 15 minutes
“Le seul qui ne paraissait pas surpris, c’est Maaoui. La décision de sortir la deuxième une a été prise par deux ou trois conseillers. Abdelwahab Abdallah avait appelé la rédaction, c’était un peu la gestapo.”