Hortense Lac

Journaliste à la rédaction d'Inkyfada. Mes sujets de prédilection concernent les sujets de société, de santé et de droits humains.

  • Hortenselac
  • hortense.l@inkyfada.com


rédigés par Hortense Lac

Pesticides en Tunisie, le cadeau empoisonné

22 Janvier 2020 |

Dans les champs tunisiens, les pesticides sont partout. Les agriculteurs·trices n’arrivent plus à se passer de ces produits chimiques pour faire pousser leurs fruits et légumes et atteindre leur rendement. Mais peu surveillés et contrôlés, ces pesticides peuvent faire courir de nombreux risques aux consommateurs·trices. En clair. 

Autour du Groupe chimique de Gabès, une population sacrifiée

12 Novembre 2019 |

Dans le ciel de Gabès, la fumée toxique du Groupe chimique tunisien (GCT) se déverse en nuages dans le ciel. Chaque jour, cette pollution s’étale sur la ville et les habitant·es étouffent : depuis plusieurs années, ils et elles se mobilisent contre l’usine et sa pollution. Agricultrices, ouvriers ou activistes, ils et elles témoignent de ce calvaire.

Les chiffres alarmants de la pollution de l'air en Tunisie

04 Juillet 2019 |

Particules fines, ozone, soufre… En zone polluée, ces éléments surreprésentés dans l’air font encourir des risques élevés pour la santé et l’environnement. En Tunisie, les mesures de la pollution atmosphérique sont insuffisantes mais révèlent déjà de nombreux dépassements. En clair.

Afficher plus de contenu


Autres contributions de Hortense Lac

Carte d’identité biométrique : chronique d’un projet de loi avorté

22 Mars 2018 | Interviews
Le 5 août 2016, un nouveau projet de loi est proposé à l’Assemblée des représentant·es du peuple (ARP) par le ministère de l’Intérieur. Le but : remplacer la carte d’identité actuelle par une pièce d’identité biométrique. Vivement critiqué par des membres de la société civile, le texte a finalement été retiré le 9 janvier 2018. Une première bataille gagnée.

Zied, ancien héroïnomane devenu éducateur

24 Mars 2017 | Recherche et interviews
À 30 ans, Zied travaille avec son père, dans les souks de la médina. Il est aussi bénévole dans un centre de jour qui accueille les usagers et usagères de drogues injectables. Il sait ce que c’est, il est passé par là.