Podcast | Tu étais où le 14 janvier ?

Pendant un an, en préparation des dix ans de la révolution, Inkyfada revient sur les événements du 14 janvier 2011 à Tunis, à travers des récits personnels d’individus qui y étaient, en proposant une documentation alternative de l’Histoire contemporaine, basée sur plusieurs perspectives.

Épisode 11 : Regard d'enfant

| 14 Novembre 2020 | 28 minutes
14 janvier 2011. À l’âge de 12 ans, Saïf est tiraillé entre sa mère et sa grand-mère. L’une est féministe et hostile au régime, alors que l’autre préfère son maintien. Le jour de la fuite de Ben Ali, il* accompagne sa mère - malgré lui - sur l’Avenue. Jusqu’au lendemain matin, il y vivra une expérience qui le marquera à vie. Saïf apporte au récit du 14 janvier son regard d’enfant. Avec beaucoup d'autodérision, de légèreté et une tendresse sous-jacente au sarcasme, Saïf raconte son rapport à la fois tendu et touchant avec sa mère qui, au final, lui aura appris le sens du mot “liberté”.

Épisode 10 : Sortie de secours

| 14 Octobre 2020 | 29 minutes

14 janvier 2011. Alaeddine Slim,  producteur et réalisateur de films, descend sur l’Avenue manifester, il ne rentrera chez lui que le lendemain, après une nuit chargée de bouleversements impensables pour lui et les personnes qui se sont réfugiées dans les locaux d’Exit Production. Ala raconte comment son bureau s’est transformé en refuge pour 57 personnes et comment certain·es d'entre elles et eux se sont retrouvé·es en pleine nuit dans le parking du ministère de l’Intérieur, qui faisait alors office de centre d’arrestation de fortune. 

Épisode 9 : Dans les geôles de l’Intérieur

| 14 Septembre 2020 | 30 minutes
14 janvier 2011. Malek est sur l’avenue Habib Bourguiba mais n’a aucune idée de ce qui s’y passe. Il est enfermé depuis quelques jours dans les geôles du ministère de l’Intérieur. Le jeune étudiant, opposant au régime de Ben Ali, a passé huit jours entre le sous-sol et le 3ème étage, où se déroulent les interrogatoires et se pratique la torture. Malek décrit les caves du ministère, la violence policière et la notion du temps qui se perd. Il voit des dizaines de manifestants arrêtés, frappés et entreposés comme du bétail, mais entend aussi la panique des policiers, des altercations, des détonations. Le 18 janvier, il est enfin libéré et découvre dehors un pays transformé.

Épisode 8 : Cheval de Troie

| 14 Août 2020 | 24 minutes
14 janvier 2011. Haikel Hazgui - ou "Nash", comme l'appellent ses ami·es - fuit l'autorité familiale pour affronter celle du régime de Ben Ali. Entre Jebeniana, sa ville natale, et Tunis, il suit les mouvements de révolte de près. Dans cet épisode, Nash raconte les "batailles oubliées", comme celle de Jean Jaurès, à quelques mètres de l'Avenue Habib Bourguiba. De retour à Jebeniana, il assiste aussi à une expérience inédite d'autogestion et de démocratie participative, venue combler le vide politique, après la chute du pouvoir.

Épisode 7 : interférences sur les ondes

| 14 Juillet 2020 | 22 minutes
Rabeb Srairi a été révélée au grand public par la série "Nouba".  Janvier 2011, elle commence à travailler à la radio Shems FM, alors détenue par la fille de Ben Ali. Pendant les jours qui suivent, elle apprendra ce qu'est réellement le métier de journaliste en couvrant ce qui sera l'un des événements les plus marquants de l'histoire contemporaine de la Tunisie. Après la manifestation du 14 janvier, dans les locaux de la radio, comme au Palais de Carthage, la transformation s'opère. Rabeb revient sur cette expérience qui a changé sa vision des choses et sa vie, que ce soit professionnelle ou amoureuse.

Épisode 6 : Un champ de bataille

| 14 Juin 2020 | 22 minutes

13 mai 2020. Oussema, l’ingénieur son d’inkyfada, achève les derniers détails du cinquième épisode de la série. Là, entre deux réglages, il commence à raconter son 14 janvier. Les manifestations qui ont précédé, la conscience du danger, l’adrénaline de la lutte ou la solidarité entre les camarades, tout converge contre un seul ennemi : la Police, bras armé d’un système déjà fragilisé. Tunis se transforme alors en un champ de bataille, avec ses butins de guerre, ses tranchées, ses replis, ses victoires, ses blessures et ses victimes. Oussema se prête finalement au jeu et se retrouve à monter, habiller et mixer son propre récit.

Afficher plus de contenu