00:00
00:00
00:00
00:00

Une nuit à l'hôtel

14 janvier 2011. Nedra Ben Smail, psychanalyste, annule toutes ses séances de la journée. Ce jour-là, un appel “intuitif” la pousse à manifester sur l’avenue Habib Bourguiba. Au moment où la police commence la répression, plus d’une centaine de personnes se réfugie dans son hôtel, le Carlton, situé en face du ministère de l’Intérieur. À l’annonce du couvre-feu, elle va devoir gérer la situation, 
14 Mars 2020
series https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2020/04/tu-etais-ou-le-14janvier-ep3-une-nuit-a-lhotel.mp3 https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2020/12/tu-etais-ou-le-14-janvier-ep-3-nuit-a-l-hotel-srt-ar.srt https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2020/12/tu-etais-ou-le-14-janvier-ep-3-nuit-a-l-hotel-srt-fr.srt https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2020/12/tu-etais-ou-le-14-janvier-ep-3-nuit-a-l-hotel-srt-en.srt
Une création de
Inkyfada Podcast

Ce jour-là, Nedra Ben Smail, psychanalyste, annule toutes ses séances de la journée. Un appel “intuitif” la pousse à se rendre sur l’avenue Habib Bourguiba, comme des milliers d’autres manifestant·es. 

Elle se retrouve avec une poignée d’ami·es devant l’hôtel Carlton, dont elle est propriétaire. Elle décrit ces premiers moments de manifestations comme festifs, mais aussi inconscients. Leurs présences en révolte devant le ministère de l’Intérieur lui semblaient oniriques. Le cortège de l’enterrement passe sur l’Avenue et le festif s’atténue pour laisser place à l’inquiétant. Quelques minutes après, la police commence la répression, à coups de matraques et de gaz lacrymogène. Plus d’une centaine de personnes se réfugie dans son hôtel, situé juste en face du ministère de l’Intérieur. 

Apeurées, des familles entières appellent à l’aide. Nedra tente d’apaiser la situation. Elle réunit tout le monde au premier étage de l'hôtel, pensant que ce serait temporaire et que les personnes pourraient rentrer chez elle quand tout sera calmé.

C’était sans compter l’annonce à la télévision d’un couvre-feu jusqu’au lendemain matin, suivie d’une autre annonce, encore plus improbable, de la fuite de Ben Ali. L’inquiétude grandit. Nedra et son équipe commencent à répartir les dizaines personnes présentes, notamment dans les chambres disponibles, quand des policiers s’introduisent soudainement et violemment au sein de l’hôtel.

La panique s’installe et Nedra devra gérer les intrusions policières et les tentatives d’intimidations qui auront lieu ce soir-là, non seulement envers les personnes qui sont réfugiées dans son hôtel mais également envers les journalistes y résidant.

Partagée entre la crainte de l’inconnu et sa volonté d’aider et de protéger, Nedra se questionne sur son rapport à la violence, qui l’a profondément marquée, encore aujourd’hui. Elle raconte cette soirée où elle est à la fois témoin et protagoniste de moments qui feront “effraction” dans sa vie et qui marqueront un bouleversement à la fois collectif et individuel. Récit sonore d’une nuit à l’hôtel.

Tu étais où le 14 janvier ?

En préparation des dix ans de la révolution, Inkyfada revient sur les événements du 14 janvier 2011 à Tunis, à travers des récits personnels d’individus qui y étaient, en proposant une documentation alternative de l’Histoire contemporaine.

LES DÉRNIER ÉPISODES

Sur les traces de Lina

14 janvier 2020. L'état de santé de Lina Ben Mhenni s'aggrave. Ses ami·es se retrouvent au local de l’ATFD pour lui rendre hommage.

Elle disparaîtra quelques jours plus tard, un 27 janvier 2020. Dans ce podcast, Sadek Ben Mhenni, Hana Trabelsi, Faten Abdelkefi et Haythem El Mekki nous parlent d’elle. Ils et elles racontent son militantisme, avant et après le 14 janvier, sa lutte contre la maladie et les impressions gardées d’elle. Une sélection de ses textes sont lus par Henda Chennaoui et Mariem Mechti.

"Sur les traces de Lina": Un hors-série de “Tu étais où le 14 janvier ?”. Un épisode qui raconte, à travers l’histoire de Lina, des fragments de l’Histoire contemporaine de la Tunisie.

Une balle en plein cœur

14 janvier 2011. Dans les épisodes précédents, un événement particulier revient toujours, celui de l’arrivée d’un cortège funèbre sur l’avenue Habib Bourguiba. C’est alors que la manifestation, jusque-là paisible, s’est transformée en un champ de bataille. Dans le cercueil, Helmi, 23 ans, tué la veille, une balle en plein cœur. Près de 10 ans plus tard, les circonstances de sa mort et de l’arrivée du cortège devant le ministère de l’Intérieur restent floues. Les témoignages de sa mère, sa voisine, ses amis, entrecoupés d’extraits des récits précédents, permettent de reconstituer une partie de l’histoire. Celle d’un jeune homme et d’un dictateur aux destins liés, avec son flot de rumeurs, de zones d’ombre et une question finale : où en est la révolution ?

Regard d'enfant

14 janvier 2011. À l’âge de 12 ans, Saïf est tiraillé entre sa mère et sa grand-mère. L’une est féministe et hostile au régime, alors que l’autre préfère son maintien. Le jour de la fuite de Ben Ali, il* accompagne sa mère - malgré lui - sur l’Avenue. Jusqu’au lendemain matin, il y vivra une expérience qui le marquera à vie.

A PROPOS

Fondé en 2014 par une équipe de journalistes, développeur·ses et graphistes, Inkyfada est un média indépendant à but non lucratif basé à Tunis. Il s’inscrit au service de l’intérêt public et collectif.
Inkyfada se donne pour objectif de révéler, donner à voir et rendre accessible ce qui est caché, participant à une meilleure compréhension du monde grâce à l’investigation, au datajournalisme et à la réalisation de reportages au long cours, de portraits, d’articles explicatifs et de contextualisation.
Inkyfada assume pleinement son rôle de contre-pouvoir, avec un réel impact sur le débat public, luttant contre l’impunité et l’opacité des pouvoirs en place et contre toute forme d’injustices qui en découlent.
Engagée, l’équipe d’Inkyfada défend un journalisme de qualité, face à un flot d’informations toujours en expansion où la contextualisation fait défaut. Au sein d’une rédaction où les journalistes collaborent étroitement avec les développeur·ses et les graphistes, elle s’inscrit dans un ensemble plus large de médias alternatifs, innovants et résolument tournés vers l’avenir. Elle donnera régulièrement à ses lecteur·trices une idée de ce qui se fait de mieux en matière de narration journalistique, d’expérience visuelle ou de développement de nouveaux outils.
La rédaction intègre également une réflexion sur le langage, adoptant pour la première fois en Tunisie une grammaire sensible au genre dans sa version française - dans un premier temps -, car l’accès à l’information passe aussi par un langage inclusif, compréhensible et porteur de sens.
Que ce soit par le traitement de milliers de données ou à travers une histoire individuelle, la révélation d’un scandale ou l’explication d’un sujet complexe, Inkyfada se donne les moyens d’utiliser tous les médiums, outils et technologies à sa disposition pour transmettre l’information, la rendre accessible, compréhensible et humaine.

En savoir plus

S'ABONNER

Nos podcast sont disponibles aussi sur:

NEWSLETTER

Abonnez vous et recever nos podcast dans votre boite mail

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'inkyfada. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter