00:00
00:00
00:00
00:00

0

Tu étais où le 14 janvier ?

En préparation des dix ans de la révolution, Inkyfada revient sur les événements du 14 janvier 2011 à Tunis, à travers des récits personnels d’individus qui y étaient, en proposant une documentation alternative de l’Histoire contemporaine.
14 Janvier 2020
series

Le dernier épisode

Sur les traces de Lina

"Sur les traces de Lina" raconte à travers le parcours de Lina Ben Mhenni, des fragments de l’Histoire contemporaine de la Tunisie. Sadek Ben Mhenni, Hana Trabelsi, Faten Abdelkefi et Haythem El Mekki se souviennent et témoignent. Ils et elles racontent son militantisme, sa lutte contre la maladie et les traces qu'elle a laissé dans leur mémoire après son décès. Une sélection de ses textes sont lus par Henda Chennaoui et Mariem Mechti.

TOUS LES ÉPISODES

Épisode 12

Une balle en plein cœur

Dans les épisodes précédents, l’arrivée du cortège funèbre de Helmi sur l’avenue Habib Bourguiba revient souvent. 10 ans après, les circonstances de sa mort et de l’arrivée du cortège devant le ministère de l’Intérieur restent floues. Les témoignages de ses proches, entrecoupés d’extraits des récits précédents, permettent de reconstituer une partie de l’histoire. Celle d’un jeune homme et d’un dictateur aux destins liés.
Épisode 11

Regard d'enfant

14 janvier 2011. À l’âge de 12 ans, Saïf est tiraillé entre sa mère et sa grand-mère. L’une est féministe et hostile au régime, alors que l’autre préfère son maintien. Le jour de la fuite de Ben Ali, il* accompagne sa mère - malgré lui - sur l’Avenue. Jusqu’au lendemain matin, il y vivra une expérience qui le marquera à vie.
Épisode 10

Sortie de secours

14 janvier 2011. Alaeddine Slim,  producteur et réalisateur de films, descend sur l’Avenue manifester, il ne rentrera chez lui que le lendemain. Ala raconte comment son bureau s’est transformé en refuge pour 57 personnes et comment certain·es d'entre elles et eux se sont retrouvé·es en pleine nuit dans le parking du ministère de l’Intérieur, qui faisait alors office de centre d’arrestation de fortune.
Épisode 9

Dans les geôles de l'Intérieur

14 janvier 2011. Malek est sur l’avenue Habib Bourguiba mais n’a aucune idée de ce qui s’y passe. Il est enfermé depuis quelques jours dans les geôles du ministère de l’Intérieur. Le jeune étudiant, opposant au régime de Ben Ali, a passé huit jours entre le sous-sol et le 3ème étage. Malek décrit les caves du ministère, la violence policière et la notion du temps qui se perd. 
Épisode 8

Cheval de Troie

14 janvier 2011. Haikel Hazgui - ou "Nash", comme l'appellent ses ami·es - fuit l'autorité familiale pour affronter celle du régime de Ben Ali. Entre Jebeniana, sa ville natale, et Tunis, il suit les mouvements de révolte de près. Dans cet épisode, Nash raconte les "batailles oubliées", comme celle de Jean Jaurès, à quelques mètres de l'avenue Habib Bourguiba. 
Épisode 7

Interférences sur les ondes

Rabeb Srairi a été révélée au grand public par la série "Nouba".  Janvier 2011, elle commence à travailler à la radio Shems FM, alors détenue par la fille de Ben Ali. Pendant les jours qui suivent, elle apprendra ce qu'est réellement le métier de journaliste en couvrant ce qui sera l'un des événements les plus marquants de l'histoire contemporaine de la Tunisie. 
Épisode 6

Un champ de bataille

13 mai 2020. Oussema, l’ingénieur son d’inkyfada, achève les derniers détails du cinquième épisode de la série. Là, entre deux réglages, il commence à raconter son 14 janvier. Les manifestations qui ont précédé, la conscience du danger, l’adrénaline de la lutte ou la solidarité entre les camarades. Oussema se prête finalement au jeu et se retrouve à monter, habiller et mixer son propre récit.
Épisode 5

Portes ouvertes

14 janvier 2011. Bakhta El Cadhi, syndicaliste et militante féministe, descend manifester avec sa fille Haïfa Jmour, comme des milliers d'autres. Au moment où les violences policières éclatent, elles sont séparées et se réfugient chacune dans un appartement, à quelques dizaines de mètres l'une de l'autre. 
Épisode 4

Un commissariat en feu

14 janvier 2011. Une maison à la Goulette qui fait office de QG pour la Révolution, une dizaine d’ami·es et une manifestation à préparer. Après avoir passé la journée à manifester au centre ville, ils et elles retournent à la Goulette et trouvent le commissariat collé à leur maison est en feu. En ligne depuis différents pays, ils et elles se remémorent cette journée et cette nuit inoubliables.
Épisode 3

Une nuit à l'hôtel

14 janvier 2011. Nedra Ben Smail, psychanalyste, annule toutes ses séances de la journée. Ce jour-là, un appel “intuitif” la pousse à manifester sur l’avenue Habib Bourguiba. Au moment où la police commence la répression, plus d’une centaine de personnes se réfugie dans son hôtel, le Carlton, situé en face du ministère de l’Intérieur. À l’annonce du couvre-feu, elle va devoir gérer la situation, 
Épisode 2

Vues d'en haut

14 janvier 2011. Le photographe Hamideddine Bouali vient de fêter son 50ème anniversaire. Avant, il prenait des photos de Sidi Bou Saïd ou de la Médina, mais en ce vendredi 14 janvier, il a trouvé le courage de sortir son appareil photo "à bout portant" pour immortaliser la journée, notamment devant le ministère de l'Intérieur. Par hasard il assiste à l'enterrement de Helmi, un jeune homme tué la veille.
Épisode 1

Ben Ali Hrab

14 janvier 2011. Imed se rend à la manifestation au centre-ville de Tunis. À la nuit tombée et en plein couvre feu, il entend un homme crier dans la rue. “Ben Ali Hrab”, “Ben Ali s’est enfui”. Cet homme, c’est Abdennaceur Laouini, avocat connu du milieu militant. Imed le rejoint et décide de le filmer avec son téléphone. Une vidéo qui deviendra un symbole de la révolution.

VOUS AIMEREZ AUSSI

| ÉPISODE 2

El Stambeli : À la quête des origines

Plusieurs mythes entourent le Stambeli, ce son qui inquiète parfois par ses rythmes, codes et transes mystiques. Dans cet épisode, Rabeb Srairi nous plonge dans l'univers de cette musique aux identités plurielles. Ponctué d'interventions de spécialistes de cette discipline particulière, cet épisode nous amène jusqu'au pas de la porte de Dar Barnou, l'une des six maisons de Stambeli en Tunisie.

Torture et détention, une machine à radicaliser

Les accusé·es de terrorisme ont souvent droit à un “traitement préférentiel” : arrestations brutales, incarcérations systématiques dans des conditions dégradantes sans distinction de la gravité du délit, actes de torture... Et quand ils et elles sont ensuite jeté·es en prison, mélangé·es sans distinction aux détenu·es de droit commun, la machine à radicalisation s’enclenche dans les cellules.

Chasse aux sorcières

Enfant, Khawla Ksiksi apprend à ignorer les remarques racistes qu’elle entend au quotidien. Devenue adolescente, les violences se multiplient, mélangeant mythes liés à la sorcellerie et objectification sexuelle des femmes noires. Ces injures l’impactent, mais elle tente de s’y adapter. Jeune étudiante, elle rencontre un homme blanc dont elle tombe amoureuse. Leur histoire, interrompue brutalement, lui fait finalement prendre conscience de la nécessité d’entrer en lutte.

À PROPOS

inkyfada podcast est la première plateforme entièrement dédiée aux podcasts natifs en Tunisie. Elle a été réalisée par le média inkyfada, avec le support d’inkyLab, son laboratoire de recherche et développement.
Avec l’explosion des podcasts - créations sonores à la demande - à travers le monde, inkyfada s’est lancée dans l’aventure depuis 2017, lorsque l’équipe a réalisé le premier documentaire sonore en Tunisie, en plongeant au coeur de la lutte d’El Kamour, en plein désert.
Depuis, inkyfada podcast réalise de nombreux documentaires, enquêtes, séries de podcasts, articles audios mis en musique et d’autres récits sur des sujets qui soulèvent des problématiques contemporaines, pour une plus grande immersion et une expérience différente.
Tout en proposant des contenus originaux qui diffèrent de par le médium - exclusivement audios - l’équipe d’inkyfada podcast véhicule les valeurs et principes généraux d’inkyfada.com. Elle défend une production engagée, rigoureuse, esthétique et de qualité.
En plus de l’équipe permanente, inkyfada podcast collabore étroitement avec des journalistes, artistes, illustrateur·trices, musicien·nes et autres créateur·trices de contenus, afin de diversifier son offre mais aussi de soutenir la création artistique.
Ces podcasts se différencient des contenus radiophoniques traditionnels par le travail de réalisation et de montage, qui se rapproche plus des techniques cinématographiques, en plus d’être destinés au web, téléchargeables et accessibles à la demande.
Les créations d’inkyfada podcast ont aussi l’originalité de proposer le sous-titrage en français, arabe et anglais de ses contenus audios, qui sont majoritairement en tunisien ou dans la langue privilégiée par les intervenant·es.

En savoir plus
Aidez Nous de Mieux
Vous Comprendre

L'équipe de inkyfada a engagé un processus de reflexion stratégique, dans l'objectif de mieux comprendre vos attentes, vous qui étes au centre de notre développement. Pour cela. nous vous invitons à répondre à quelques question d'une façon anonyme et totalement confidentielle. Cela ne prendra que 5 minutes.