00:00
00:00
00:00
00:00

Traitement médiatique : la double peine des femmes victimes de violences

"Étouffons l’affaire et marions-la à son violeur” s’exclame Ala Chebbi, présentateur du talk-show Andi Mankolek. Il parle d’une mineure violée par trois membres de sa famille et tombée enceinte. Ces propos légitimant les violences faites aux femmes sont monnaie courante dans plusieurs émissions tunisiennes. Un traitement aux conséquences dramatiques sur les victimes et leurs proches.
21 Mars 2022
series [{"user_id":"1473","role":"Montage, habillage sonore et musique"},{"user_id":"1540","role":"Accompagnement \u00e9ditorial"},{"role":"Illustration","user_id":"1487"}] https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2022/03/Podcast-Femmes-en-sursis-EP4.mp3 https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2022/05/Femmes-en-sursis-EP4-fr.srt Femmes en Sursis, de l’emprise au féminicide | Épisode 4 :Traitement médiatique : la double peine des femmes victimes de violences - نسا في "سرسي"، من السطوة إلى قتل النساء | الحلقة 4 : التعاطي الإعلامي: العقوبة المزدوجة للنساء ضحايا العنف Épisode 4 :Traitement médiatique : la double peine des femmes victimes de violences - الحلقة 4 : التعاطي الإعلامي: العقوبة المزدوجة للنساء ضحايا العنف "Étouffons l’affaire et marions-la à son violeur” s’exclame Ala Chebbi, présentateur du talk-show Andi Mankolek. Il parle d’une mineure violée par trois membres de sa famille et tombée enceinte. Ces propos légitimant les violences faites aux femmes sont monnaie courante dans plusieurs émissions tunisiennes. Un traitement aux conséquences dramatiques sur les victimes et leurs proches. “نلموّا الموضوع وكان لزم إلّلي عمل العملة ياخوها ويعرس بيها" هكذا علّق علاء الشابي منشط البرنامج الحواري عندي ما نقلك في حديثه عن قاصرة اغتصبها ثلاثة أفراد من عائلتها فحملت من أحدهم. الأقوال التي تشّرع للعنف ضد النساء وتطبّع معه هي عملة متداولة في عديد البرامج التونسية التي ينقلب تعاطيها لهذه المسائل بالضرر على الضحايا وأقاربهن. 1
Une création de
Noujoud Rejbi
Montage, habillage sonore et musique
Oussema Gaidi
Accompagnement éditorial
Rym Amami
Illustration
Tayma Ben Ahmed

Dans ce dernier épisode, nous analysons le traitement médiatique réservé aux violences faites aux femmes et aux féminicides et son impact sur les victimes, leurs proches et la société dans sa globalité. Les invité·es de cette épisode sont Hajer Zarrouk docteure en communication, Wahid Ferchichi, docteur en droit, Sondes Garbouj, psychologue et Nouri Lajmi, président de la HAICA. 

Lus, écoutés, regardés, les médias ont un rôle primordial sur l’opinion publique. Au vu de leur impact, ces derniers devraient permettre de la sensibiliser et d’y introduire des valeurs éthiques, déontologiques et de droits humains surtout lorsqu’il s’agit de sujets aussi difficiles que les violences faites aux femmes.

“le but de ces émissions; c’est de créer le buzz et d’engendrer le maximum d’audimat et donc le maximum d’argent possible” explique Hajer Zarrouk, doctorante en communication. Et cela passe par faire du vécu des femmes victimes de violences qui viennent se confier, un sujet de divertissement, “les applaudissements et les rires signifient qu’on est en accord avec ce que dit l’agresseur, qu’on est totalement pour ce qu’il fait et à la limite on l’encourage à récidiver” alerte la doctorante. 

Des agissements qui ont des conséquences dramatiques sur les victimes et leurs proches, ces dernières finissent par douter de leur statut de victime et sont découragées à aller porter plainte. Depuis la mise en place de la HAICA et l’adoption de la loi 58, il existe une volonté d’éduquer ces médias et de sanctionner ce type de propos. Des mesures qui se heurtent à une résistance de la part des principaux concernés. 

Recevez le meilleur d'inkyfada Podcast dans votre boîte mail.

Abonnez-vous à notre Newsletter et recevez notre sélection de podcasts pour ne rien manquer des nouvelles productions !

Désabonnez-vous à tout moment

Femmes en Sursis, de l’emprise au féminicide

Cette série raconte l’histoire de femmes victimes de violences conjugales qui, pour certaines, ont causé leur mort. C’est le cas de Refka Cherni, tuée par son mari en mai 2021 au Kef. Dans ce podcast, des proches de femmes victimes de féminicide ainsi que des femmes victimes de violences témoignent afin de remettre ces drames au cœur du débat public.

Les derniers épisodes

Souad, victime et coupable

“Je n'avais aucune intention de tuer mon mari, je voulais seulement protéger ma fille”. En 2019, Souad est condamnée à perpétuité pour avoir assassiné son époux. Ce dernier la violentait depuis des années, elle et leurs quatre enfants. La légitime défense n’a pas été retenue. À travers une lettre de Souad, écrite depuis la prison et le témoignage de ses enfants, nous allons vous raconter son histoire. 

La survivante

“Ça y est, je ne pouvais plus vivre avec lui. Je me disais que s'il se comportait ainsi avec moi maintenant, demain il pourrait me tuer à coup sûr”, Amira a été victime de violences conjugales pendant 16 ans. Aujourd’hui, elle a fui avec ses enfants et a décidé de nous raconter son histoire.

#Her Name is ...

“Son mari ne lui a laissé aucune chance de survivre”. Le 9 mai 2021, le mari de Refka Cherni, agent de la garde nationale, a tiré cinq fois avec son arme de service sur son épouse. La jeune femme avait porté plainte contre lui pour violences 48h avant.

À PROPOS

inkyfada podcast est la première plateforme entièrement dédiée aux podcasts natifs en Tunisie. Elle a été réalisée par le média inkyfada, avec le support d’inkyLab, son laboratoire de recherche et développement.
Avec l’explosion des podcasts - créations sonores à la demande - à travers le monde, inkyfada s’est lancée dans l’aventure depuis 2017, lorsque l’équipe a réalisé le premier documentaire sonore en Tunisie, en plongeant au coeur de la lutte d’El Kamour, en plein désert.
Depuis, inkyfada podcast réalise de nombreux documentaires, enquêtes, séries de podcasts, articles audios mis en musique et d’autres récits sur des sujets qui soulèvent des problématiques contemporaines, pour une plus grande immersion et une expérience différente.
Tout en proposant des contenus originaux qui diffèrent de par le médium - exclusivement audios - l’équipe d’inkyfada podcast véhicule les valeurs et principes généraux d’inkyfada.com. Elle défend une production engagée, rigoureuse, esthétique et de qualité.
En plus de l’équipe permanente, inkyfada podcast collabore étroitement avec des journalistes, artistes, illustrateur·trices, musicien·nes et autres créateur·trices de contenus, afin de diversifier son offre mais aussi de soutenir la création artistique.
Ces podcasts se différencient des contenus radiophoniques traditionnels par le travail de réalisation et de montage, qui se rapproche plus des techniques cinématographiques, en plus d’être destinés au web, téléchargeables et accessibles à la demande.
Les créations d’inkyfada podcast ont aussi l’originalité de proposer le sous-titrage en français, arabe et anglais de ses contenus audios, qui sont majoritairement en tunisien ou dans la langue privilégiée par les intervenant·es.

En savoir plus