00:00
00:00
00:00
00:00

| ÉPISODE 4

"16 heures en mer"

La “Harga”, le romantisme de Gabs et l’extase chimique.
16 Novembre 2021
series [{"user_id":"1473","role":"Habillage sonore"},{"user_id":"1545","role":"Montage sonore"},{"user_id":"1487","role":"Illustration"},{"user_id":"1547","role":"Traduction"}] https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2021/11/Lbeyessa-EP4.mp3 https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2021/11/Lbyessa_EP4_ar.srt https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2021/11/Lbyessa_EP4_fr.srt L'byessa | Épisode 4: "16 heures en mer" - لْبياسة | الحلقة 4: "سطاش ساعة في البحر" Épisode 4: "16 heures en mer" - الحلقة 4: "سطاش ساعة في البحر" La “Harga”, le romantisme de Gabs et l’extase chimique. الحرڨة ورومانسية  ڨبص و النشوة الكيمياوية.
Une création de
Hamza Ouni
Habillage sonore
Oussema Gaidi
Montage sonore
Achref Hammami
Illustration
Tayma Ben Ahmed
Traduction
Nadya Benhalim

On découvre, dans ce quatrième épisode, les ficelles du métier de “harrag” (passeur), les détails logistiques de cette entreprise; nos protagonistes évoquent également les raisons qui les pousseraient à prendre des risques pour arriver à un éventuel “Eldorado”, s'ils en avaient les moyens. 

Gabs nous délecte avec une discussion surréaliste avec sa copine où les deux se taquinent mutuellement. Il expose aussi une palette de substances chimiques et relate des expériences passées avec elles.

Recevez le meilleur d'inkyfada Podcast dans votre boîte mail.

Abonnez-vous à notre Newsletter et recevez notre sélection de podcasts pour ne rien manquer des nouvelles productions !

Désabonnez-vous à tout moment

L'byessa

La série "L’byessa” est un conte sonore des temps modernes, qui met en ondes le quotidien sans filtre de deux dealers de “zatla” dans un quartier du Grand Tunis. L’auditeur·trice suivra les aventures épiques et réelles de deux personnages hors du temps, qui vendent du rêve à leurs concitoyen·nes, dans un pays où l’on ne songe plus.

Les derniers épisodes

| ÉPISODE 5

Un rêve de serpent

Les tentatives d'interprétation des rêves de Gabs et l'angoisse quotidienne liée aux risques d'être dealer en Tunisie.

| ÉPISODE 3

“Si j’allais travailler dans une usine, j’en mourrais”

Le deal mais pas l'usine

| ÉPISODE 2

"Je pète des câbles si j'arrête d'en consommer"

Entre crédits, brigade des stupéfiants et reproches des proches, ce deuxième épisode suit les chemins périlleux et semés d’embûches qu’empruntent nos protagonistes dealers de “zatla” (cannabis), pour arriver à faire tourner leur commerce.

À PROPOS

inkyfada podcast est la première plateforme entièrement dédiée aux podcasts natifs en Tunisie. Elle a été réalisée par le média inkyfada, avec le support d’inkyLab, son laboratoire de recherche et développement.
Avec l’explosion des podcasts - créations sonores à la demande - à travers le monde, inkyfada s’est lancée dans l’aventure depuis 2017, lorsque l’équipe a réalisé le premier documentaire sonore en Tunisie, en plongeant au coeur de la lutte d’El Kamour, en plein désert.
Depuis, inkyfada podcast réalise de nombreux documentaires, enquêtes, séries de podcasts, articles audios mis en musique et d’autres récits sur des sujets qui soulèvent des problématiques contemporaines, pour une plus grande immersion et une expérience différente.
Tout en proposant des contenus originaux qui diffèrent de par le médium - exclusivement audios - l’équipe d’inkyfada podcast véhicule les valeurs et principes généraux d’inkyfada.com. Elle défend une production engagée, rigoureuse, esthétique et de qualité.
En plus de l’équipe permanente, inkyfada podcast collabore étroitement avec des journalistes, artistes, illustrateur·trices, musicien·nes et autres créateur·trices de contenus, afin de diversifier son offre mais aussi de soutenir la création artistique.
Ces podcasts se différencient des contenus radiophoniques traditionnels par le travail de réalisation et de montage, qui se rapproche plus des techniques cinématographiques, en plus d’être destinés au web, téléchargeables et accessibles à la demande.
Les créations d’inkyfada podcast ont aussi l’originalité de proposer le sous-titrage en français, arabe et anglais de ses contenus audios, qui sont majoritairement en tunisien ou dans la langue privilégiée par les intervenant·es.

En savoir plus