00:00
00:00
00:00
00:00

Bizerte, une bataille oubliée

“Le 15 octobre, j’ai vu les bateaux des Français partir, discrètement. Il ne se passait rien dans la ville”, raconte Rachid Bakkay, un journaliste originaire de Bizerte. Ce départ symbolique est presque un non-événement. Pourtant, c’est cette date qui marque les esprits et qui est commémorée à présent tandis que les protagonistes de la bataille de juillet 1961 sont oublié·es.
30 Mars 2021
inkystories [{"user_id":"1510","role":"Voix"},{"user_id":"1361","role":"Article"},{"user_id":"1473,1472","role":"Montage, mixage, habillage sonore"},{"user_id":"1429","role":"Enregistrement"},{"user_id":"1517","role":"Musique"}] https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2021/03/inkystories-bizerte-dernier-soldat-francais-bataille-oubliee.mp3 https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2021/04/inkystories-bizerte-soldat-francais-evacue-bataille-oubliee-fr.srt.srt
Une création de
Inkyfada Podcast
Voix
Dhia Bousselmi
Article
Haïfa Mzalouat
Montage, mixage, habillage sonore
Oussema Gaidi, Yassine Kawana
Enregistrement
Bochra Triki
Musique
Omar Aloulou

[Cet article a été traduit et lu en tunisien]

19 juillet 1961. Des avions français passent en rase-motte au-dessus de Bizerte. À terre, des soldats et volontaires tunisiens se préparent à attaquer la base militaire, occupée par des soldats français. Dans la ville, les habitant·es ne mesurent pas encore la bataille qui se prépare.

Cinq ans après l'indépendance de la Tunisie, Habib Bourguiba a donné un ultimatum au général de Gaulle : l'armée française a jusqu'à 19 juillet, minuit, pour quitter le territoire tunisien. Mais la France ne l'entend pas de cette oreille et refuse d'abandonner Bizerte, point stratégique en Méditerranée, surtout dans le contexte de la guerre d'Algérie.

Dans la nuit, les hostilités commencent. Mieux formée, mieux équipée, l’armée française prend rapidement le dessus face à la Tunisie qui essuie de lourdes pertes. Abdelhamid Riahi, 22 ans à l'époque. est envoyé pour combattre dans cette ville qui lui est inconnue. Malgré les 60 ans qui se sont écoulés, le souvenir de la bataille reste vif dans son esprit.

“C’était terrifiant, il y avait des blessés partout, les gens hurlaient et pleuraient. Il y avait plus de morts que de vivants. J’ai eu une chance inouïe de survivre à ces combats”, raconte le vétéran.

La défaite est cuisante côté tunisien. Plus de 600 Tunisien·nes - officiellement -, voire des milliers - selon d'autres sources - sont tué·es. En face, toujours d’après les sources officielles, la France dénombre moins de 30 morts. Les soldats français maintiennent leur position dans la base et finissent par partir discrètement de Bizerte le 15 octobre 1963. 

Quant à Abdelhamid Riahi, comme beaucoup d'autres, il attend toujours des réparations - tant du côté tunisien que français - et un hommage à la hauteur de la bataille qu'il a mené. "Moi, je me suis battu et tout a été oublié". 

À PROPOS

inkyfada podcast est la première plateforme entièrement dédiée aux podcasts natifs en Tunisie. Elle a été réalisée par le média inkyfada, avec le support d’inkyLab, son laboratoire de recherche et développement.
Avec l’explosion des podcasts - créations sonores à la demande - à travers le monde, inkyfada s’est lancée dans l’aventure depuis 2017, lorsque l’équipe a réalisé le premier documentaire sonore en Tunisie, en plongeant au coeur de la lutte d’El Kamour, en plein désert.
Depuis, inkyfada podcast réalise de nombreux documentaires, enquêtes, séries de podcasts, articles audios mis en musique et d’autres récits sur des sujets qui soulèvent des problématiques contemporaines, pour une plus grande immersion et une expérience différente.
Tout en proposant des contenus originaux qui diffèrent de par le médium - exclusivement audios - l’équipe d’inkyfada podcast véhicule les valeurs et principes généraux d’inkyfada.com. Elle défend une production engagée, rigoureuse, esthétique et de qualité.
En plus de l’équipe permanente, inkyfada podcast collabore étroitement avec des journalistes, artistes, illustrateur·trices, musicien·nes et autres créateur·trices de contenus, afin de diversifier son offre mais aussi de soutenir la création artistique.
Ces podcasts se différencient des contenus radiophoniques traditionnels par le travail de réalisation et de montage, qui se rapproche plus des techniques cinématographiques, en plus d’être destinés au web, téléchargeables et accessibles à la demande.
Les créations d’inkyfada podcast ont aussi l’originalité de proposer le sous-titrage en français, arabe et anglais de ses contenus audios, qui sont majoritairement en tunisien ou dans la langue privilégiée par les intervenant·es.

En savoir plus
Aidez Nous de Mieux
Vous Comprendre

L'équipe de inkyfada a engagé un processus de reflexion stratégique, dans l'objectif de mieux comprendre vos attentes, vous qui étes au centre de notre développement. Pour cela. nous vous invitons à répondre à quelques question d'une façon anonyme et totalement confidentielle. Cela ne prendra que 5 minutes.