00:00
00:00
00:00
00:00

| ÉPISODE 4

Je danse, je suis

Au rythme de Bounouara et du Fezzani, nous partons pour un voyage dans lequel nous explorons les histoires que racontent les corps de femmes et d'hommes depuis des générations. Qu'est-ce que la danse folklorique tunisienne ? Peut-on la limiter à ses étiquettes et définitions ? Que raconte cette expression spontanée qui a tissé son tissu d'accumulations temporelles et géographiques, d'introspection culturelle, sociale, économique et politique ?
15 Septembre 2021
series [{"user_id":"1499","role":"R\u00e9alisation"},{"user_id":"1473","role":"Montage - Mixage - Habillage sonore"},{"user_id":"1487","role":"Illustration"}] https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2021/09/Tbarbiche-EP-4-Danse.mp3 https://inkyfada.com/wp-content/uploads/2021/09/tbarbich_Ep4_FR.srt Tbarbich | Épisode 4: Je danse, je suis - تبربيش | الحلقة 4: أنا أرقص، أنا موجود Épisode 4: Je danse, je suis - الحلقة 4: أنا أرقص، أنا موجود Au rythme de Bounouara et du Fezzani, nous partons pour un voyage dans lequel nous explorons les histoires que racontent les corps de femmes et d'hommes depuis des générations. Qu'est-ce que la danse folklorique tunisienne ? Peut-on la limiter à ses étiquettes et définitions ? Que raconte cette expression spontanée qui a tissé son tissu d'accumulations temporelles et géographiques, d'introspection culturelle, sociale, économique et politique ?  على إيقاع البونوارة والفزّاني، نمضي في رحلة نستكشف فيها حكايات ترويها أجساد النساء والرجال طيلة أجيال. ما هو الرقص الشعبي التونسي وهل يجوز حصره في مربعات التسميات والتعريفات ؟ هذه التعبيرة العفوية التلقائية الطبيعية، التي حاكت نسيجها تراكمات زمنية وجغرافية، من استبطانات ثقافية، اجتماعية، اقتصادية وسياسية، ماذا تروي ؟ 
Une création de
Rabeb Srairi
Réalisation
Rabeb Srairi
Montage - Mixage - Habillage sonore
Oussema Gaidi
Illustration
Tayma Ben Ahmed

"Je ne crois pas en un dieu qui ne sait pas danser" (Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra).

La danse est la première expression artistique connue de l'humanité.

Pourquoi dansons-nous ?

C'est une question qui résonne avec les pas et gestes des hanches, car la danse est un texte écrit par le corps dans un alignement inconditionnel avec la vie. C'est une paraphrase d'histoires anciennes et nouvelles et le rappel d'une mémoire et de représentations éparses de la réalité et du quotidien.

Au rythme de Bounouara et du Fezzani, nous partons pour un voyage dans lequel nous explorons les histoires que racontent les corps de femmes et d'hommes depuis des générations. Qu'est-ce que la danse folklorique tunisienne, et peut-on la limiter à ses étiquettes et définitions ?

Que raconte cette expression spontanée, naturelle, qui a tissé son tissu d'accumulations temporelles et géographiques, d'introspection culturelle, sociale, économique et politique ?

Ce corps dansant qui s'identifie au rythme au point de se dissoudre, comment se forme-t-il ? Qui trace ses limites et comment les transcender ?

Pourquoi avons-nous dansé dans le passé ? Pourquoi dansons-nous aujourd'hui ? C'est la question à laquelle tente de répondre ce quatrième épisode de Tbarbich.

Tbarbich

Tbarbich, la série mensuelle qui nous plonge au coeur de la culture populaire tunisienne et dans ses différentes expressions. Contes, chansons, danses et personnages, découvrez des histoires éparpillées dans les recoins des mémoires. 

Les derniers épisodes

| ÉPISODE 11

La rue de l’Amour

L’amour est une véritable source d’inspiration des poètes. C’est la voix des chanteurs, le rythme des danseurs et la raison d’être des peuples. L'amour dans le folklore tunisien est influencé par le contexte géographique du nord comme du sud du pays. Il reflète les perspectives culturelles et historiques et retrace leur développement au fil du temps.

| ÉPISODE 10

Le Salhi : Le chant des steppes

Al-Salhi est une figure du folklore tunisien, dotée d'une forte personnalité, qui foisonne dans la mémoire collective. Il s'agit d'un monument vivant qui retrace et illustre les détails de la vie quotidienne dans sa simplicité et sa complexité, ainsi que les événements et les sentiments.

| ÉPISODE 9

L'humour, comme remède

La chanson humoristique et satirique en Tunisie a perduré depuis les années trente du siècle dernier, de "Aissaouiet el Balout" aux expériences plus avancées en termes de forme et de contenu, telles qu’Al-Samlali, al-Jaziri et al-Jarari, et en particulier celle de de Saleh al-Khamisi...

À PROPOS

inkyfada podcast est la première plateforme entièrement dédiée aux podcasts natifs en Tunisie. Elle a été réalisée par le média inkyfada, avec le support d’inkyLab, son laboratoire de recherche et développement.
Avec l’explosion des podcasts - créations sonores à la demande - à travers le monde, inkyfada s’est lancée dans l’aventure depuis 2017, lorsque l’équipe a réalisé le premier documentaire sonore en Tunisie, en plongeant au coeur de la lutte d’El Kamour, en plein désert.
Depuis, inkyfada podcast réalise de nombreux documentaires, enquêtes, séries de podcasts, articles audios mis en musique et d’autres récits sur des sujets qui soulèvent des problématiques contemporaines, pour une plus grande immersion et une expérience différente.
Tout en proposant des contenus originaux qui diffèrent de par le médium - exclusivement audios - l’équipe d’inkyfada podcast véhicule les valeurs et principes généraux d’inkyfada.com. Elle défend une production engagée, rigoureuse, esthétique et de qualité.
En plus de l’équipe permanente, inkyfada podcast collabore étroitement avec des journalistes, artistes, illustrateur·trices, musicien·nes et autres créateur·trices de contenus, afin de diversifier son offre mais aussi de soutenir la création artistique.
Ces podcasts se différencient des contenus radiophoniques traditionnels par le travail de réalisation et de montage, qui se rapproche plus des techniques cinématographiques, en plus d’être destinés au web, téléchargeables et accessibles à la demande.
Les créations d’inkyfada podcast ont aussi l’originalité de proposer le sous-titrage en français, arabe et anglais de ses contenus audios, qui sont majoritairement en tunisien ou dans la langue privilégiée par les intervenant·es.

En savoir plus