Terrorisme en Tunisie : Carte interactive des événements après le 14 janvier

Depuis la chute du régime de Ben Ali, des événements qualifiés de terroristes font régulièrement la Une des journaux. Mais aucun récapitulatif précis n’a jamais été rendu public. Cette chronologie revient sur les événements, qui ont eu lieu depuis le 14 janvier 2011.

هذه الخارطة منشورة أيضا باللغة العربية

Walid Mejri Chronologie
14/06/2014

Depuis la chute du régime de Ben Ali, les attaques et affrontements entre forces de sécurité et individus armés, les tentatives d’attentats et les assassinats politiques font régulièrement la Une des journaux. Aucun récapitulatif précis de ces événements n’a jamais été rendu public.

Cette carte interactive et chronologique se base essentiellement sur la version des autorités en charge des affaires sécuritaires, qui est la seule existante. Elle propose un recensement des événements qualifiés de terroristes ayant eu lieu en Tunisie depuis le 14 janvier 2011.

Dernière mise à jour : 26 novembre 2015.

2011

Alors que la Tunisie vit ses premiers mois sans Ben Ali et doit faire face à de nombreux défis sécuritaires, aussi bien intérieurs qu’extérieurs, les affrontements de Rouhia, qui feront deux morts et un blessé dans les rangs de l’armée, feront revivre le spectre de la menace terroriste que brandissait l’ancien régime il y a des années.

18 Mai 2011
Affrontements de Rouhia
rouhya-taher-ayari-insignes
enterrement-ayari
A gauche : les enseignes du colonel Tahar Ayari. Crédit image : Blog de Yassine Ayari. A droite : les funérailles militaires du colonel Tahar Ayari. Crédit image : AFP

Le 18 mai 2011 les premiers affrontements entre l’armée et les forces de l’ordre d’une part, et des individus armés d’autre part ont lieu.

Ces affrontements causent :
– la mort de Tahar Ayari, colonel de l’armée ;
– la mort de Walid Hajji, caporal-chef de l’armée ;
– la mort de Sofiane Ben Amor, élément armé ;
– la mort de Abdelwaheb Hami, élément armé ;
– Sghaier Mbarki, sergent de l’armée, est blessé ;
– Slah Zaghdoud, un citoyen, est blessé.

Il est procédé à :
– l’arrestation de Hafedh Edhabaa et Imed Youssef, tous deux de nationalité libyenne, condamnés à 16 ans de prison ferme

Après les affrontements, sont saisis :
– des passeports falsifiés ;
– une carte contenant des symboles menant à des sites touristiques à Bizerte, Tabarka, Hammamet et Nabeul ;
– quatre grenades ;
– des explosifs, un manuel de fabrication d’engin explosif, un livre sur les combats de rue ;
– deux Kalachnikov et des munitions.

Chez les individus arrêtés, les forces de l’ordre ont saisi des armes, des munitions, un manuel de fabrication d’engin explosif et un ouvrage sur les combats de rue. Crédit images : Ministère de l’Intérieur.
  • map-antiterroriste-rouhiya-saisie-armes1
  • map-antiterroriste-rouhiya-saisie-armes2
  • map-antiterroriste-rouhiya-saisie-manuel
  • map-antiterroriste-rouhiya-saisie-livre
  • map-antiterroriste-rouhya-saissie-chargeur
  • map-antiterroriste-rouhiya-saisie-armes1
  • map-antiterroriste-rouhiya-saisie-armes2
  • map-antiterroriste-rouhiya-saisie-manuel
  • map-antiterroriste-rouhiya-saisie-livre
  • map-antiterroriste-rouhya-saissie-chargeur
2012

En 2012 les affrontements entre les forces de sécurité et des individus armés se multiplient dans le nord-ouest et le centre du pays. Des armes et des explosifs sont découverts. L’année se terminera par une attaque sanguinaire contre une patrouille de forces de sécurité. Cette attaque donnera le ton de l’année à venir.

2 Février 2012
Affrontements de Bir Ali Ben Khalifa

Le 2 février 2012 des affrontements violents ont lieu à Bir Ali Ben Khalifa. Les Tunisiens commencent alors à découvrir des termes liés au champ lexical du terrorisme tels que AQMI, mitrailleuses Kalachnikov, ceintures d’explosifs…

Il est procédé à :
– l’arrestation d’un individu armé ;
– l’arrestation d’autres individus en lien avec le groupe armé.

Sont saisis :
– 34 Kalachnikov sur place et 25 à Kasserine ;
– 2 275 balles de Kalchnikov, 219 balles de pistolet et des devises étrangères.

6 Décembre 2012
Affrontements de Fernana

Le 6 décembre 2012, après dix mois sans affrontements, les forces de l’ordre, qui avaient détecté des mouvements suspects dans plusieurs régions du nord-ouest, procèdent à un acte de balayage dans des villages frontaliers de l’Algérie : Fernana, Souk Jemaa, Sidi Saïd…

Il sera procédé à :
– l’arrestation de six individus armés ;
– la saisie d’une quantité d’explosifs.

10 Décembre 2012
Attaque d’une patrouille à Feriana

Le 10 décembre 2012, une patrouille collective de forces de l’ordre, de gardes nationaux, de gardes forestiers et de soldats est attaquée par des individus armés à Feriana, dans le gouvernorat de Kasserine (centre-ouest de la Tunisie).

Cette attaque se soldera par :
– la mort de l’adjudant-chef Anis Jelassi ;
– des membres de la patrouille ont été blessés ;

Il est procédé à :
– l’arrestation ultérieure de Chokri Khmouda, soupçonné d’avoir participé à l’attaque.

map-terrorisme-enterrement-anis-jelassi-inkyfada
Funérailles de l’adjudant-chef Anis Jelassi, tué le 10 décembre 2012 à Feriana, lors d’échanges de coups de feu avec un groupe armé. Crédit image : Getty images.
18 Décembre 2012
Descente à Douar Hicher

Le 18 décembre 2012, les forces de l’ordre effectuent une descente dans la maison d’un présumé terroriste à Douar Hicher, dans le gouvernorat de la Manouba. Des échanges de tirs ont lieu entre les agents des forces de l’ordre et les individus armés barricadés dans la maison.

Ils causeront :
– la mort de la femme du propriétaire de la maison.
Il est procédé à :
– l’arrestation des individus armés qui ont tiré sur la patrouille des forces de l’ordre.

Suite à cet événement, un bataillon nommé “Bataillon Om Youmna” est formé par des salafistes de Douar Hicher pour se venger.

2013

L’année 2013 marque un tournant pour le terrorisme et la situation sécuritaire en Tunisie. Les attaques contre les forces de sécurités se multiplient. Deux assassinats politiques, une embuscade meurtrière contre une patrouille de l’armée au mont Chaambi et la mort de six gardes nationaux à Sidi Ali Ben Aoun, plongeront le pays dans l’effroi. Après un temps de déni, les autorités admettent la menace mais semblent dépassées par les événements.

17 Janvier 2013
Découverte de deux dépôts d’armes à Médenine

Le 17 janvier 2013, l’armée, en coordination avec les brigades de la Garde nationale, découvre deux dépôts contenant une grande quantité d’armes de différents calibres : Kalachnikov, lance-roquettes RBJ, grenades, pistolets, explosifs, fusils… Une enquête est ouverte suite à l’arrestation d’individus soupçonnés d’être impliqués dans la mise en place de ces dépôts.

L’assassinat de Chokri Belaid
Funérailles nationales du leader politique Chokri Belaid au cimetière de El Jallez à Tunis. Crédit image : Anis Mili/Reuters.
6 Février 2013
Assassinat de Chokri Belaid

Le 6 février 2013, la Tunisie vit son premier assassinat politique depuis la révolution. Chokri Belaid, leader de gauche, secrétaire général du Watad unifié, est abattu par arme à feu devant chez lui, ce matin-là peu avant 8h.

Les enquêtes policière et judiciaire dévoilent une liste de présumés participants au crime : Salmane Marrakchi, Marwen Haj Salah, qui depuis a été tué en Syrie, Ahmed Rouissi, qui est toujours en fuite, Lotfi Ezzine, qui a été abattu pendant l’opération de Goubellat, Ezzedine Abdellaoui, qui est en prison, Karim Kleai, Boubaker Al Hakim, qui est arrêté, Mohamed Aouadi, abattu pendant l’opération de Mornaguia, et Kamel Gadhgadhi, abattu pendant l’opération de Raoued.

20 Février 2013
Découverte d’un dépôt d’armes à Mnihla

Le mercredi 20 février 2013, le ministère de l’Intérieur annonce la découverte d’un important dépôt d’armes dans une dépendance d’une maison située à Mnihla, dans le gouvernorat de l’Ariana.

Les images diffusées sur les réseaux sociaux et sur la télévision nationale font état d’un véritable arsenal de guerre. Parmi les armes retrouvées on dénombre plusieurs mitrailleuses de type Kalachnikov, des grenades, des lance-roquettes de type RPG, des détonateurs et une quantité importante de munitions.

Saisie d’armes et d’explosifs dans un local situé dans la ville de Mnihla dans le gouvernorat de l’Ariana. Crédit image : Ministère de l’Intérieur.
  • map-antiterro-saisie-armes1-mnihla-inkyfada
  • map-antiterro-saisie-armes2-mnihla-inkyfada
  • map-antiterro-saisie-armes3-mnihla-inkyfada
  • map-antiterro-saisie-armes1-mnihla-inkyfada
  • map-antiterro-saisie-armes2-mnihla-inkyfada
  • map-antiterro-saisie-armes3-mnihla-inkyfada
29-30 Avril 2013
Chaambi : les premières mines

Les 29 et 30 avril 2013, une patrouille d’inspection menée par la Garde nationale et l’armée est victime de l’explosion de trois mines au mont Chaambi. Plusieurs soldats et membres de la Garde nationale sont blessés.

map-armee-chaambi-inkyfada (1)
L’armée positionnée au pied du mont Chaambi après l’explosion de la première mine au passage d’une patrouille d’inspection. Crédit image : AFP.
2 Mai 2013
Assassinat de Mohamed Sboui

Le 2 mai 2013, Mohamed Sboui, commissaire de police, est retrouvé égorgé à Jbel Jelloud, dans le gouvernorat de Ben Arous. Les assassins présumés appartiennent au mouvement Ansar Chariaa, considéré comme une organisation terroriste. Le ministère de l’Intérieur annonce, le jeudi 23 mai, l’arrestation de sept des assassins présumés du commissaire de police.

map-terrorisme-mohamed-sbouai-famille-inkyfada
Inauguration de l’espace pédagogique “Mohamed Sboui” de l’École de Police de Carthage par la famille du défunt. Source : Facebook.
6 Mai 2013
Chaambi, encore du sang

Le 6 mai 2013, l’explosion d’une quatrième mine au mont Chaambi blesse deux caporaux-chefs de l’armée.

Le 1er juin 2013, trois militaires sont blessés dans l’explosion d’une mine sur le mont Chaambi. L’explosion a lieu à 18h15 sous un véhicule militaire de l’armée tunisienne.

Le 6 juin 2013, un véhicule militaire saute sur une mine lors d’une patrouille d’inspection, dans un parcours en dehors du mont Chaambi. Deux militaires trouvent la mort lors de cet événement et deux autres sont blessés.

Le 14 juin 2013, trois militaires sont blessés après l’explosion de leur véhicule qui saute sur mine.

Le 24 juin 2013, les forces spéciales de l’armée découvrent l’existence d’un tunnel souterrain utilisé par les terroristes présumés, au mont Chaambi.

25 Juillet 2013
Assassinat de Mohamed Brahmi
Funérailles militaires du député Mohamed Brahmi au cimetière de El Jallez à Tunis le 27 juillet 2013. Crédit image : Fethi Belaid / AFP.
 

Le 25 juillet 2013, la Tunisie vit un nouvel assassinat politique. Mohamed Brahmi, député du parti Attayar Alchaabi, est lui aussi assassiné, devant chez lui, dans les mêmes circonstances que le leader politique Chokri Belaid, tué quelques mois plus tôt. Le ministère de l’Intérieur annoncera, plus tard, l’arrestation du “Somali”, un des assassins présumés, lors de l’opération de la cité Ennassim en février 2013.

27 Juillet 2013
Un engin piégé vise un véhicule de la Garde nationale à La Goulette

Le samedi 27 juillet vers 5h45 du matin, un engin piégé vise un véhicule de la Garde nationale à La Goulette, dans la banlieue nord de Tunis. Un garde national est légèrement blessé. Le véhicule de type 4×4 est légèrement endommagé.

map-antiterro-bombe-artisanale-garde-nationale-goulette-inkyfada
La police technique examine le véhicule de la Garde nationale visé par l’explosion d’un engin artisanal. Crédit image : Getty images.
L’embuscade du Mont Chaambi
Funérailles militaires des huit soldats tués lors d’une embuscade au mont Chaambi. Crédit image : Site officiel de la Présidence de la République.
29 Juillet 2013
Mont Chaambi : les violences reprennent

Le 29 juillet 2013, une embuscade terroriste cause la mort de huit militaires, tués par des tirs d’armes à feu. Trois des corps seront même décapités. Une mine explosera sur le chemin d’une patrouille venue inspecter l’endroit. Trois militaires seront blessés. L’armée répond à cet acte terroriste sans précédent en lançant une large campagne dans le mont Chaambi.

– Des bombardements continus sont organisés par des F5 et par usage d’artilleries lourdes, pendant des semaines, dans les monts Chaambi et Samama.
– Il sera procédé à l’arrestation, selon le ministère de l’Intérieur, de 45 personnes soupçonnées d’avoir des liens avec le camp de Chaambi.

Liste des militaires abattus suite à l’embuscade terroriste du 29 juillet 2013 au mont Chaambi :
– Lieutenant Nizar Ben Ali Mkacher, 25 ans ;
– Caporal-chef Lotfi Ben Hsan Elmouldi , 31 ans ;
– Caporal Maher Ben Abdelmajid Guesmi, 28 ans ;
– Caporal Hedi Ben Hmed Saadi, 27 ans ;
– Caporal Tarek Ben Hosni Othmeni, 22 ans ;
– Caporal Marouene Ben Ali, 21 ans ;
– Soldat de première classe Yassine Ben Hammadi Hichri, 24 ans ;
– Soldat de deuxième classe Maher Ben Mohammed Elhedi Ammar, 22 ans.

Liste des militaires blessés :
– Lieutenant-colonel Hatem Ben Abdelaziz Abdi, 47 ans ;
– Sergent Hichem Ben Nasser Khmiri, 37 ans ;
– Caporal-chef Farid Ben Youness Neji, 38 ans.

3 Août 2013
Opération à Sousse

Le 3 août 2013, une descente des forces spéciales dans une maison à Sousse est le théâtre d’affrontements avec Lotfi Ezzine, qui riposte en lançant une grenade sur les policiers et en leur tirant dessus, avant de prendre la fuite.

Cette opération permet la saisie de :
– une mitraillette Kalachnikov ;
– 5 chargeurs de cartouches ;
– 2 grenades ;
– une bombe sonore et des tenues de combat ;
– 5 paires de gants en plastique ;
– 5 cagoules ;
– une grande quantité de cartes d’identité nationale et de permis de conduire.

4 Août 2013
Opération d’El Ouardia

Le 4 août, une descente a lieu à El Ouardia. Le groupe de présumés terroristes installé dans la maison échange des tirs avec les forces de l’ordre.

L’opération se solde par :
– la mort de Anis Dhaoui ;
– l’arrestation de Ezzedine Abdellaoui, Abderraouf Talbi, Abdelkrim Mars, Abderrahmen Klai, présumés terroristes.

Des saisies sont opérées :
– 3 mitrailleuses Kalachnikov ;
– des sacs de couchage, des médicaments, des téléphones portables, des uniformes, des chaussures militaires et des documents contenant une liste d’acteurs politiques, dans l’intention de les abattre, ainsi que des schémas décrivant leur lieu d’habitation.

Dans le domicile d’un des présumés terroristes les forces de l’ordre ont saisi des téléphones portables, des moyens de radio-communication, des armes et des munitions ainsi que des documents de planification pour des attentats. Crédit images : Ministère de l’Intérieur.
  • wardia-maison-terro
  • wardia-telephone
  • wardya-saisie
  • wardia-maison-terro
  • wardia-telephone
  • wardya-saisie

Houssem Eddine Mezerli, présumé terroriste, qui sera arrêté plus tard, avouera qu’il lui avait été confié la tâche, dès le début de l’année 2013, de suivre les mouvements de certains activistes politiques afin de collecter les informations nécessaires pour les assassiner.

Les enquêtes conduisent à la découverte et à l’arrestation de ses complices Ahmed Aoun et Youssef Zerzeri et à l’élimination de Adel Saidi près de la zone de son habitation à Sidi Hassine Séjoumi le 9 août 2013.

9 Août 2013
Confrontation à Sidi Hassine

Le 9 août 2013, la poursuite de présumés terroristes de la région de Sidi Hassine, qui avaient trouvé refuge à Mornaguia, à l’ouest du gouvernorat de la Manouba, finit par une confrontation violente causant :
– la mort de Adel Saidi, un individu présenté comme très dangereux par le ministère de l’Intérieur, et de l’individu qui était avec lui ;
– l’arrestation de Mohamed Awadi alias Ettouil, l’un des plus dangereux terroristes présumés en Tunisie, commandant de la branche armée du mouvement Ansar Chariaa et second responsable de cette organisation, selon le communiqué du ministère de l’Intérieur ;
– l’arrestation de Mohamed Khiari, connu sous le nom de Aous, présenté comme un dangereux suspect impliqué dans des actes de terrorisme et faisant partie de la branche militaire de Ansar Chariaa, selon le même communiqué.

Saisie de récipients en cuivre pouvant servir à la fabrication d’engins explosifs, ainsi que deux mines artisanales fabriquées avec des seringues reliées à des détonateurs. Crédit images : Ministère de l’Intérieur.
  • map-terrorisme-maison-suspect-mornaguia-inkyfada
  • map-terrorisme-mornaguia-saisie-casseroles1-inkyfada
  • map-terrorisme-mornaguia-saisie-casseroles-inkyfada
  • map-terrorisme-mornaguia-saisie-seringues-inkyfada
  • map-terrorisme-maison-suspect-mornaguia-inkyfada
  • map-terrorisme-mornaguia-saisie-casseroles1-inkyfada
  • map-terrorisme-mornaguia-saisie-casseroles-inkyfada
  • map-terrorisme-mornaguia-saisie-seringues-inkyfada
17 Octobre 2013
Attaque de Goubellat

Le 17 octobre 2013, le commissariat de la Garde nationale de Goubellat reçoit une communication téléphonique indiquant qu’un groupe d’individus se rend régulièrement dans une maison située dans le quartier de Douar Ismail. Une patrouille de la Garde nationale se déplace sur les lieux pour vérifier l’information. Elle est alors attaquée par un groupe armé qui ouvre le feu.

L’affrontement se solde par :
– la mort de Mohamed Ferchichi, sous-lieutenant de la Garde nationale ;
– la mort de Karim El Hamdi, adjudant de la Garde nationale ;
– Faouzi Chargui, agent de la Garde nationale, est blessé ;
– neuf individus armés du supposé groupe terroriste sont abattus : Lotfi Ezzine, Hassen Khazri, Hamdi Khazri, Aymen Toujani, Achref Ayari, Bilel Ben Hamida Riahi, Walid Jouini, Yassine El Hadi et Najm Eddin Dridi.

Il est procédé à :
– l’arrestation de quatre individus appartenant au groupe supposé terroriste ;
– la saisie d’armes, de matières explosives, de bombes artisanales, d’uniformes paramilitaires et de téléphones portables. Les agents découvrent un tunnel qui mène à la montagne Etalla.

Le 18 octobre 2013, Saber Trabelsi, un individu jugé dangereux et qui est recherché, est arrêté à Ras Jedir, alors qu’il prépare ses papiers pour se rendre en Libye.

Après la confrontation avec des individus armés, qui s’est soldée par la mort de deux gardes nationaux, les forces de sécurité ont découvert des sacs d’ammonitrate pouvant servir à la fabrication d’engins explosifs. Les agents de la BAT ont procédé à l’enterrement de ces sacs. Crédit images : Ministère de l’Intérieur.
  • map-terroisme-policier-tue-gbollat-inkyfada
  • map-terrorisme-gbollat-enterrement-saisie-inkyfada
  • map-terrorisme-gbollat-saisie-policier-inkyfada
  • map-terrorisme-gbollat-saisie-produits-inkyfada
  • map-terroisme-policier-tue-gbollat-inkyfada
  • map-terrorisme-gbollat-enterrement-saisie-inkyfada
  • map-terrorisme-gbollat-saisie-policier-inkyfada
  • map-terrorisme-gbollat-saisie-produits-inkyfada
23 Octobre 2013
Attentat de Menzel Bourguiba

Le 23 octobre 2013 au soir, un groupe d’individus cagoulés se trouvant dans une voiture ouvre le feu sur une patrouille de sécurité de trois personnes à Menzel Bourguiba.

Cette attaque cause :
– la mort de Mohamed Toujani, membre de la Garde nationale ;
– Mohamed Bilel Bouazizi, membre de la Garde nationale, est blessé.

Quelques jours plus tard :
– la voiture utilisée lors de l’opération est retrouvée et saisie ainsi qu’une somme de 30 000 dinars, trouvée dans la maison de Khaled Ben Fraj, présenté comme un extrémiste radical, ainsi que plus de 70 kg d’ammonitrate dans la maison de la grand-mère de son complice dans l’opération, Nader Boughanmi.

Les affrontements de Sidi Ali Ben Aoun
Enterrement du lieutenant Socrate Cherni dans sa ville natale du Kef le 24 octobre 2013. Le lieutenant Socrate Cherni a été tué avec cinq de ses camarades lors d’une embuscade tendue par un groupe armé. Cinq gardes nationaux ont été blessés. Crédit image : Anis Melli / Reuters.
23 Octobre 2013
Opération à Sidi Ali Ben Aoun

Le 23 octobre 2013, les forces de sécurité mènent une opération dans une maison à Sidi Ali Ben Aoun, dans le gouvernorat de Sidi Bouzid.

Les affrontements causent :
– la mort de six membres de la Garde nationale : le capitaine Imed Herzi, le lieutenant Socrate Cherni, les sergents-chefs Mohamed Marzouki, Anis Salhi, Taher Chebbi et le sergent Ridha Nasri ;
– cinq officiers de la Garde nationale sont blessés : Ibrahim Akermi, Ridha Fandouli, Issam Al Mnafki, Mostapha Allagui et Houssin Dabboussi ;
– un des présumés terroristes est abattu.

La fouille de la maison permet la saisie de :
– un camion piégé contenant cinq conteneurs suspects reliés par un fil électrique au moteur du véhicule ;
– un camion sans plaque minéralogique ;
– deux mitrailleuses Kalachnikov, des ceintures d’explosifs, une grenade à main, un certain nombre de détonateurs électriques, un ordinateur portable, une quantité de matières premières pour la fabrication d’explosifs et deux photographies de l’intérieur et de l’extérieur du siège de la Garde nationale de Sidi Bouzid, avec un plan d’attaque de ce siège ;
– le forage d’un tunnel d’un mètre et demi de profondeur est découvert près de la maison.

Deux véhicules saisis dont un contenant cinq conteneurs suspects reliés par un fil électrique au moteur du véhicule. Crédit images : Ministère de l’Intérieur.
  • map-terrorisme-sidi-ali-ben-aoun-cachette-inkyfada
  • map-terrorisme-sidi-ali-ben-aoun-camion2-saisie-inkyfada
  • map-terrorisme-sidi-ali-ben-aoun-camion-saisie-inkyfada
  • map-terrorisme-sidi-ali-ben-aoun-saisie-inkyfada
  • map-terrorisme-sidi-ali-ben-aoun-cachette-inkyfada
  • map-terrorisme-sidi-ali-ben-aoun-camion2-saisie-inkyfada
  • map-terrorisme-sidi-ali-ben-aoun-camion-saisie-inkyfada
  • map-terrorisme-sidi-ali-ben-aoun-saisie-inkyfada

Le lendemain 24 octobre, une perquisition de la maison de Hatem Albasdouri, terroriste présumé recherché​​ par les forces de l’ordre, a lieu.

Y sont saisis : – un récipient placé dans un trou au sol, un tamis, des bouts d’inox et 500 kg d’une substance soupçonnée d’être explosive ; – 700 kg d’ammonitrate, 200 kg de sucre et un sac contenant de la matière Semtex-h, un explosif.

Il est procédé à :
– l’arrestation d’un groupe d’intégristes ainsi que des membres de leur famille : conjoints, parents, frères…
L’enquête policière menée dans le cadre de cette opération révèle l’implication de six autres individus de nationalité algérienne, dissidents du groupe des terroristes présumés, installés dans le mont Chaambi, ainsi que l’implication d’autres individus de nationalité tunisienne.

Le 30 octobre à Touila, dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, lors d’une perquisition de la maison de Mohamed Sghaier Omri et Riadh Omri, terroristes présumés recherchés suite à une affaire de contrebande d’armes qui a eu lieu le 4 juillet 2013 à Ben Guerdane, sont saisis :
– deux mitrailleuses Kalachnikov, une grenade à main, un pistolet et quatre chargeurs de Kalachnikov pleins.

Il est procédé à :
– l’arrestation d’un autre groupe d’intégristes.

30 Octobre 2013
Opération kamikaze à Sousse

Le 30 octobre 2013 vers 9h30, Mohammed Issaoui, un jeune homme de 22 ans, commet un attentat suicide sur la plage de l’hôtel Riadh Palms à Sousse en déclenchant une ceinture d’explosifs. Il meurt sur le coup, sans faire de victime.

map-terroriste-sousse-kamikaz-inkyfada
Le corps sans vie de Mohammed Issaoui après l’explosion de sa ceinture explosive sur la plage de l’hôtel Riadh Palms à Sousse. L’explosion n’a fait aucune autre victime et très peu de dégâts matériels. Crédit image : Services de la police scientifique.
30 Octobre 2013
Tentative d’attentat terroriste à Monastir

Vers 10h00 le même jour, un autre jeune homme, Ayman Al Saadi est arrêté après avoir tenté de faire exploser le mausolée de Bourguiba en utilisant un sac contenant de la TNT et un circuit électrique.

Le sac du jeune homme arrêté contenait des explosifs, des détonateurs, un circuit électrique et un téléphone portable. Crédit images : Ministère de l’Intérieur.
  • map-terrorisme-monastir-detonateur-saisie-inkyfada
  • map-terrorisme-monastir-sac-bombe-explosifs-inkyfada
  • map-terrorisme-monastir-sac-bombe-inkyfada
  • map-terroriste-monastir-saisie-inkyfada
  • map-terrorisme-monastir-detonateur-saisie-inkyfada
  • map-terrorisme-monastir-sac-bombe-explosifs-inkyfada
  • map-terrorisme-monastir-sac-bombe-inkyfada
  • map-terroriste-monastir-saisie-inkyfada
12 Novembre 2013
Affrontement de Negga à Kébili

Le 12 novembre 2013, des affrontements entre les forces spéciales de la Garde nationale et un groupe de présumés terroristes, qui se cachaient dans l’une des maisons de la région, ont lieu dans le village de Negga dans le gouvernorat de Kébili.

À l’issue de ces affrontements :
– deux officiers de la Garde nationale sont blessés ;
– un des présumés terroristes est abattu ;
– le reste du groupe des présumés terroristes est arrêté.

Des dinars tunisiens ainsi que des devises ont été retrouvés dans la maison des présumés terroristes. Crédit images : Ministère de l’Intérieur.
  • map-terrorisme-kebili-maison-terro-inkyfada
  • map-terrorisme-kebili-saisie-affaires-inkyfada
  • map-terrorisme-kebili-saisie-devise-inkyfada
  • map-terrorisme-kebili-saisie-dinars-inkyfada
  • map-terrorisme-kebili-maison-terro-inkyfada
  • map-terrorisme-kebili-saisie-affaires-inkyfada
  • map-terrorisme-kebili-saisie-devise-inkyfada
  • map-terrorisme-kebili-saisie-dinars-inkyfada
2014

Violemment critiqués pour leur incapacité à contenir la menace, le pouvoir politique et les forces de l’ordre tentent de changer la donne. Les forces de l’ordre multiplient les décentes et les arrestations contre de présumés terroristes, non sans bavures. Mais l’embuscade de Ouled Manaa dans la région de Jendouba et la violente attaque du domicile privé du ministre de l’Intérieur, montrent que le danger est loin d’être écarté.

4 Février 2014
Opération de Raoued : la fin de la traque de Gadhgadhi

Le 4 février 2014, pendant près de 20 heures, des affrontements ont lieu entre des individus armés et une patrouille conjointe de forces de sécurité et de militaires. Ces affrontements se soldent par l’élimination de sept terroristes présumés, dont celle de Kamel Ghadghadi, présenté comme l’ennemi public numéro un par les autorités, et la mort du sergent de la Garde nationale Atef Al Jabri

map-terrorisme-raouad-maison-terro-inkyfada
Les forces spéciales positionnées en face de la maison où Gadhgadhi et six autres terroristes présumés se sont retranchés. Crédit images : Ministère de l’Intérieur.
9-10 Février 2014
Affrontements dans la cité Ennassim

Dans la nuit du 9 au 10 février 2014, des affrontements ont lieu dans le quartier Ennassim, du gouvernorat de l’Ariana, entre la brigade anti-terrorisme et des présumés terroristes, qui se cachaient dans une maison du quartier. L’opération se solde par l’arrestation de quatre terroristes présumés, parmi lesquels se trouve le présumé terroriste connu sous le nom du Somali, déjà recherché lors de l’opération de Raoued et soupçonné d’être impliqué dans l’assassinat de Mohamed Brahmi. Deux membres de la brigade antiterrorisme seront blessés. Lors de l’opération, différents types d’armes sont saisis, parmi lesquels une mitrailleuse de guerre, classée en tant que machine poids lourd, ainsi que plusieurs documents, téléphones portables et puces téléphoniques.

16 Février 2014
Embuscade terroriste à Ouled Manaa

Le 16 février 2014 à une heure du matin, un groupe de cinq présumés terroristes, armés, tend une embuscade à une patrouille de la Garde nationale.

Celle-ci cause :
– la mort de Fajri Bousaidi, adjudant de la Garde nationale ;
– la mort de Abdelhamid El Ghazouani, adjudant de la Garde nationale ;
– la mort de lssam Mechri, sergent officier des services pénitentiaires ;
– la mort du citoyen Mohamed Ali Lakti.

Quatre personnes sont blessées :
– Fayçal Weslati et Salah Hamzaoui, de la Garde nationale ;
– Alaa Khemissi, agent de la protection civile ;
– Khalil Gharbi, de l’hôpital de Jendouba.

17 Mars 2014
Descente dans la cité Azaiez

A l’aube de la journée du 17 mars 2014, des forces spéciales de la brigade antiterroriste (BAT) effectuent une descente dans une maison de présumés terroristes de la cité Azaiez à Jendouba. De violents échanges de tirs ont lieu entre les forces spéciales et les présumés terroristes.

Ils causent :
– la mort de trois terroristes présumés, parmi lesquels le surnommé Ragheb Hannachi, qui a participé aux affrontements d’Ouled Manaa le 16 février 2013 ;
– la mort d’un présumé terroriste surnommé Rabia Saidani ;
– la mort d’un troisième présumé terroriste ;
– deux policiers de la brigade sont blessés.

Il est procédé à :
– l’arrestation de six personnes, dont des femmes ;
– la saisie de deux mitrailleuses Kalachnikov, avec leurs deux chargeurs, une ceinture explosive, une grenade, un pistolet de type “Smith”, des documents personnels et deux cartes de service de policiers, un ordinateur portable ainsi que des documents, des téléphones portables et leurs puces SIM.

5 Avril 2014
Arrestation de fabricants de bombes artisanales à Sfax

Le 5 avril 2014 dans la nuit, alors qu’un groupe de huit individus prépare des bombes artisanales dans une habitation, une explosion se produit. Deux personnes sont blessées.

Une fois sur place, les membres de la Garde nationale procèdent à : – l’arrestation des huit individus ; – la saisie d’ammonitrate et de matières premières généralement utilisées pour la préparation d’explosifs. Les membres de ce groupe font partie du mouvement Ansar Chariaa, qui n’est pas autorisé, car considéré comme un mouvement terroriste par les autorités.

18 Avril 2014
Mont Chaambi : Nouvelle explosion de mine

Le 18 avril 2014, une mine explose dans le mont Chaambi, causant :
– la mort d’un soldat ;
– trois soldats sont blessés.

23 Mai 2014
Un soldat tué par une mine au mont Chaambi

Le 23 mai 2014, un adjudant de l’armée tunisienne est tué et cinq soldats blessés, dont trois grièvement, suite à l’explosion d’une mine au mont Chaambi. Selon le porte parole de l’armée, les soldats pourchassaient un groupe accusé de liens avec Al-Qaïda.

27-28 Mai 2014
Attaque du domicile du ministre de l’Intérieur à Kasserine

Dans la nuit du 27 au 28 mai 2014, la maison du ministre de l’Intérieur Lotfi Ben Jeddou, à Kasserine, est la cible d’une attaque terroriste qui engendre :
– la mort de quatre policiers ;
– un policier est blessé.

Les auteurs de cette attaque prendront la fuite. L’opinion publique s’interrogera sur cette attaque et la question d’une possible complicité ou infiltration du ministère de l’Intérieur se posera. Cet acte terroriste aurait été revendiqué par AQMI, dans la nuit du jeudi 12 juin 2014, selon des forums jihadistes sur Internet.

map-terrorisme-Lotfi-Ben-Jeddou-Kasserine-inkyfada
Lotfi Ben Jeddou, ministre de l’Intérieur, s’adresse à l’opinion publique suite à l’attentat qui a visé son domicile privé à Kasserine. Crédit image : www.webmanagercenter.com.
12-13 Juin 2014
Affrontements à Fernana

Dans la nuit du jeudi 12 au vendredi 13 juin 2014 à Fernana, dans le gouvernorat de Jendouba, une descente des forces spéciales antiterroristes de la Garde nationale a lieu pour arrêter des membres d’une cellule terroriste présumée. Des échanges de tir ont lieu. Des individus réussissent à s’échapper.

Cette opération s’est soldée par :
– la mort de deux terroristes présumés ;
– la saisie de deux mitrailleuses Kalachnikov, d’un fusil de précision, de type Kalachnikov, d’une quantité de munitions, de deux engins explosifs artisanaux et de deux sacs contenant des uniformes militaires.

Dans la journée du vendredi 13 juin une opération de ratissage est organisée par les forces spéciales antiterroristes de la Garde nationale en coopération avec des unités de l’armée pour essayer d’appréhender les individus qui se sont échappés.

13 Juin 2014
Campagne de ratissage à Ain Debba

Le 13 juin 2014, deux présumés terroristes, qui, selon un communiqué du ministère de l’Intèrieur, appartiennent à un groupe terroriste, ont trouvé la mort lors d’une campagne de ratissage menée par une patrouille de la brigade nationale à Ain Debba dans gouvernorat de Jendouba.

29 Juin 2014
Explosion d’une mine artisanale dans le mont Fernana

Le 29 juin 2014, lors d’une campagne de ratissage, menée par une patrouille de l’armée et de la garde nationale dans le mont Fernana, dans le gouvenorat de Jendouba, l’explosion d’une mine artisanale a causé la blessure d’un garde national.

1er Juillet 2014
Mort de 4 militaires suite à l’explosion d’une mine dans le mont Ouargha

Le 1er juillet 2014, une mine artisanale a explosé au passage d’une patrouille de ratissage menée par l’armée et la garde nationale dans le mont Ouargha, dans le gouvernorat du Kef.

L’explosion a causé la mort de 4 militaires :
– L’adjudant-major Mansour Al Elmi ;
– Le caporal-chef Abdelkader Ayari ;
– Le caporal-chef Ghazi Drihmi ;
– Le caporal Chokri Dahkoul. Deux gardes nationaux ont été blessés.

16 Juillet 2014
Attaques aux lance-roquettes de deux points de contrôle militaire dans le mont Chaambi

Le 16 juillet 2014, 18éme jour du mois de ramadan, deux groupes armés ont attaqué deux points de contrôle militaire, situés à Henchir El-Talla, dans le mont Chaambi, dans le gouvernorat de Kasserine, au moment de la rupture du jeûne. Les individus été de lance-roquettes RPG et des mitrailleuses. C’est l’attaque est la plus meurtrière que l’armée a subie depuis le début des opérations lancées pour lutter contre le terrorisme en Tunisie.

Le 17 juillet dans la journée le ministère de la Défense a confirmé la mort de 14 soldats, ainsi que le fait que vingt soldats ont été blessés. Le ministère a également confirmé la mort d’un présumé terroriste ayant la nationalité Tunisienne.

Le responsable des opérations de l’armée de terre, Souheil Chemingui, a par ailleurs confirmé, pendant le point de presse organisé suite à l’attaque terroriste « la disparition » d’un militaire, pendant l’attaque, sans donner plus de détail. Une déclaration qui peut laisser penser à un acte de prise d’otage.

Suite à une opération de ratissage menée par une patrouille de l’armée, le soldat (Walid Ben Abdallah, 24 ans, soldat volontaire) a été retrouvé mort au mont chaambi, vendredi 18 juillet, selon le ministère de la défense .

Les soldats tombés lors de l’attaque sont :
– le commandant Wissem Akaychi ;
– le lieutenant Oussama Chakroun ;
– le sergent-chef Fayçal Torchi ;
– le sergent Sabri Maalaoui ;
– le caporal-chef Mohamed Dhaouadi ;
– le caporal-chef Massoud Bouraoui ;
– le caporal-chef Issam Alibi ;
– le caporal-chef Zeki Saidani ;
– le caporal-chef Kais Bouallagui ;
– le caporal Neji Hammami ;
– le soldat Yassine Ghouili; (ADL)*
– le soldat Ahmed Hamadi ; (ADL)
– le soldat Chawki Kilani ; (ADL)
– le soldat Atef Chayeb; (ADL)
– Walid ben Abdallah; (ADL)
* [NDLR] : ADL : Au-delà de la durée légale. Soldat volontaire

La liste nominative incomplète des militaires blessés :
– Ammar Mejri ;
– Aymen Dalleji ;
– Bilel Hnachria ;
– Mohammed Bilaid ;
– Moussa Sifi ;
– Abdalla Ayechi ;
– Ibrahim Driaani ;
– Zied Naffouti ;
– Yassine Hammemi ;
– Youssef Ammar ;
– Fedi Boulehmi ;
– Fathi Mchichi ;
– Hichem Khmemi ;
– Sinan Tijeni ;
– Ibrahim Mejri ;
– Belgacem Zedkhati ;
– Radhouen Dachraoui ;
– Zied Ghribi.

A noter : Dans la journée du 17 juillet on dénombrait une vingtaine de blessés, mais le chiffre était en évolution. La seule liste indicative des soldats blessés disponible a été fournie par le personnel soignant de l’hôpital de Kasserine.

26 Juillet 2014
Attaque de deux véhicules militaires à Sakiet Sidi Youssef

Le 26 juillet 2014, un groupe d’individus armés a attaqué deux véhicules militaires, de type Hummer, prés de Ain Mazer, un lieu-dit situé entre Touiref et Sakiet Sidi Youssef, dans le gouvernorat du Kef, le long de la frontière algérienne, peu de temps avant la rupture du jeûne.

L’attaque a causé la mort de 2 soldats et 5 autres ont été blessés. Un civil a également été blessé selon le bilan officiel annoncé par le porte parole du ministère de la Défense, Rachid Bouhoula.

L’attaque a causé la mort de :
– L’adjudant-chef Amor Tlili ;
– L’adjudant Lamjed Arfeoui.

Plusieurs soldats ont été blessés :
– Mahdi Ben Said ;
– Abdelkrim Rebhi ;
– Hatef Cherni ;
– Hatef Zaaleni ;
– Hamdi Mlih.
Ainsi qu’un civil.

Suite à cette attaque une large campagne de ratissage a été lancée dans plusieurs villages du gouvernorat du Kef.

29 Juillet 2014
Deux soldats et un garde national blessés dans le mont Semema

Le 29 juillet 2014, deux soldats et un garde national ont été légèrement blessés suite à un échange de tirs avec un groupe d’individus armés, lors d’une opération de ratissage dans le mont Semema prés du mont Chaambi, dans le gouvernorat de Kasserine.

Les trois blessés ont été transférés à l’hôpital régional de Kasserine, dans l’après-midi de la même journée, pour y recevoir des soins médicaux.

Aucune information officielle n’a été communiquée quant au bilan final de cette opération.

17 septembre 2014
Un individu armé abattu dans une maison abandonnée à Kasserine

Le 17 décembre, les forces spéciales de la garde nationale ont effectué une descente et ont encerclé une maison abandonnée à Kasserine. L’individu est soupçonné appartenir au groupe Chaambi.

23-24 octobre 2014
Démantèlement d’une cellule terroriste présumée à Oued Elil

Le 24 octobre 2014, le ministère de l’intérieur a annoncé la fin d’une opération sécuritaire à Oued Elil. Lors de l’opération, qui a duré 28 heures, il y a eu des échanges de tirs entre les unités sécuritaires commune, dirigées par les forces spéciales et un groupe armé composé de six femmes et de deux hommes retranchés dans une maison à Oued Elil.

Cette cellule a été découverte suite aux aveux d’un individu dénommé Alhachmi Almadani arrété la veille à Kebili.

Après l’échec des négociations les forces spéciales ont effectué un raid sur la maison. Le bilan de l’opération est de 7 morts dans les rangs du groupe armé : un homme, Aymen Mechmech, 31 ans, et de 5 femmes : Beya Ben Rejeb, 21 ans originaire de Alalya, Henda Saidi, étudiante qui habite à la Marsa, Amina Alamri, l’épouse de Aymen Mechmech, Imen Alamri et de Nessrine (nom de famille inconnu).

Houssem Bouali Alnefzi (19 ans) et Asma Alboukari, épouse de Alhachmi Almadani arrêtés à Kebili ont été bléssés. Une petite fille a également été grièvement blessée à la tête. Un enfant de deux ans a quand à lui été récupéré sain et sauf.

5 novembre 2014
Attaque armée contre un bus militaire à Nebbeur

Dans l’après-midi du 5 novembre un groupe armé a attaqué un bus transportant des militaires de différentes grades, qui se trouvait à Nebbeur, entre Jendouba et le Kef.

La fusillade a causé la mort de 5 militaires. Une dizaine d’autre ont été blessés.

Les soldats qui ont perdu la vie lors de cette attaque sont :
– Le sergent-chef Lamine Cherni ;
– Le deuxième classe Haikel Jmai ;
– Le caporal Elyes Elmezni ;
– Le caporal Alaa El Amri ;
– Le caporal chef Zouhair Kahli.

Liste des blessés
– Abdelaziz Alarabi Caporal
– Bassem Aljaljali Caporal
– Faouzi Jandoubi Caporal-chef
– Bechir Ben Nassr Soldat de deuxième classe
– Nathir Alsaidi Soldat de deuxième classe
– Nouredine Albousalmi Adjudant
– Abdelwahab Al Hizaoui Adjudant
– Imed Alselkani Caporal-chef
– Haithem Chamroukhi Soldat de deuxième classe
– Seif Bedyef, Soldat de deuxième classe

19 novembre 2014
Fusillade entre un individu armé et la Garde nationale à Sidi Bouzid.

Le 19 novembre 2014, une fusillade entre un individu armée et des éléments de la garde nationale à entraîner la mort de l’individu armé. Un garde national a été blessé dans la fusillade.

30 novembre 2014
Un agent de la Garde nationale égorgé lors d’une embuscade à Al Touiref

Un agent de la Garde nationale a été égorgé lors d’une embuscade dans la soirée du 30 novembre. Un groupe armé a tendu une embuscade le long de la route reliant le Kef et Al Touiref. Le groupe terroriste a braqué deux personnes à bord d’une voiture civile. Lorsqu’ils se sont aperçus que l’un des passagers était un agent de la Garde nationale ils l’ont kidnappé. Après une opération de ratissage le corps de l’agent a été retrouvé égorgé.

1er décembre 2014
Un soldat meurt suite à l’explosion d’une mine dans le mont Semema

Un soldat a perdu la vie et un autre a été blessé à la jambe suite à l’explosion d’une mine, le 1er décembre, dans la zone militaire fermée du mont Semema, à Kasserine.

Le porte-parole du ministère de la Défense Belhassen Ouslati a déclaré qu’il s’agissait d’une opération militaire programmée.

14 décembre 2014
Bombardement par l’armée de Djebal Salloum à Kasserine

Le 14 décembre, 2014 l’armée tunisienne a effectué un bombardement intense de différents point du Djebal Salloum après le signalement de mouvements suspects de groupes armés. Ce bombardement a causé la mort de cinq membres du groupe armé et l’arrestation de cinq autres individus. Deux individus ont réussi à prendre la fuite.

2015

10 février 2015
Mort d’un individu armé après des affrontements avec la Garde nationale à Bargou

Le 10 février 2015 des affrontements armés ont éclaté entre l’unité spéciales de la Garde nationale (USGN) et un individu armé dénommé, Saber Mtiri à Bargou dans le gouvernorat de Siliana. L’individu est désigné par les forces de l’ordre comme “très dangereux”.

Saber Mtiri est considéré par le ministère de l’intérieur comme un des chefs des groupes présumés terroristes de la région du Kef. Il est soupçonné d’être derrière les attaques qui ont visé les patrouilles de l’armée nationale dans la région.

18 février 2015
Attaque armée contre une patrouille à Kasserine tue quatre agents

Dans la nuit du 17 au 18 février 2015, un groupe d’individus armés composé d’une vingtaine d’hommes a attaqué une patrouille de la garde nationale au niveau de la région frontalière de Boulaaba a annoncé le ministère de l’Intérieur.

Les quatres gardes nationaux de la patrouille ont péri dans l’attaque. Leurs armes et leurs téléphones mobiles ont été dérobés.

Les gardes nationaux tombés dans l’attaque sont :
– L’adjudant Abdel Wahab Nassir, originaire de la ville de Mahdia ;
– Le sergent Haytham Chaouali, originaire de la ville de Kairouan ;
– Le sergent Mehdi Abidi, originaire du gouvernorat de Kasserine ;
– Le sergent Omar Zaltik, originaire de Sidi Bouzid.

Le bataillon Oqba Ibn Nafaa, qui a annoncé son allégence a AQMI, a revendiqué l’attaque sur son compte Twitter. Quelques heures avant l’attaque le même compte a annoncé l’imminence de l’opération.

18 mars 2015
Attaque du Bardo : 23 personnes tuées, 43 blessées
attaque-bardo-terrorisme-musee-inkyfada-tunisie
Place du Bardo mercredi 18 mars dans la journée. Crédit : Mabrouka Khedir.

Deux assaillants armés ont attaqué le musée du Bardo, jouxtant le siège de l’assemblée. En tout une vingtaine de personnes ont été tuées. Parmi les victimes un grand nombre de touristes étrangers en escale en Tunisie et qui visitaient le musée et deux Tunisiens. D’après les autorités les assaillants se sont retranchés dans le musée, à défaut d’avoir pu accéder au parlement. Des touristes étaient encore présents dans le musée. Les assaillants ont été abattus par les forces de l’ordre lors des affrontements. Cette attaque est la plus meurtrière depuis les attentats de la Gribaa en 2002.

L’attaque s’est soldée par la mort de 23 personnes (y compris les deux assaillants armés), dont la majorité sont des touristes. On compte prés de 43 blessés d’aprés les chiffres du ministère de la santé.

22 mars 2015
L’explosion d’une mine à Ouergha fait 1 mort et 3 blessés dans les rangs de l’armée

Une mine a explosé au passage d’un véhicule blindé de l’armée tunisienne, à Ferchène dans les montagnes de Ouergha près de Sakiet Sidi Youssef. L’explosion a causé la mort de Seif Ghanmi, 26 ans, un des soldats à bord du véhicule et en a légèrement blessé 3 autres. Les blessés sont : Ibrahim Trabelsi, Hichem Zouaghi et Ahmed Massaoudi.

28 mars 2015
Opération à Sidi Aïch : 8 morts et 1 blessé lors d’une embuscade menée par la garde nationale à Gafsa

Samedi 28 mars, dans la nuit, un groupe des forces armés de la garde nationale repère un véhicule transportant un groupe d’individus armés, appartenant à Katibat Okba ibn Nafaa. Une action est menée contre le groupe à Sidi Aïch, dans le gouvernorat de Gafsa.

Après trois heures d’affrontement l’opération se solde par :
– la mort des huit individus armés ;
– un individu armé est blessé ;
– la saisie d’armes et de ceintures explosives.

gafsa-okba-inkyfada-tunisie
Katibat Okba ibn Nafaa a publié un communiqué, sur les réseaux sociaux, dans lequel elle détaille l’opération et menace de se venger.
7 avril 2015
Embuscade contre une patrouille de l’armée à Sbeïtla : 5 morts et 4 blessés

Le 7 avril 2015, une patrouille de l’armée a été victime d’une embuscade dans les environs de la ville de Sbeïtla, près du Mont Mghilla. Trois soldats sont morts sur le coups et 6 autres ont été blessés, dont deux grièvement. Deux soldats ont succombé à leur blessures dans la nuit et au lendemain de l’attaque. Le bilan officiel fait état de 5 morts et 4 blessés.

Selon le porte parole du ministère de la Défense, une trentaine d’individus armés ont attaqué la patrouille avec des armes automatiques et des lances roquettes. Toujours selon la même source, 13 suspects se trouvant sur les lieux au moment de l’embuscade ont été arrêtés et remis aux unités spéciales du ministère de l’Intérieur.

Liste des soldats tués :
– L’adjudant-chef Belgacem Ali Abdouli ;
– Le caporal Fethi Ouanassi ;
– Le sergent-chef Abdelbaki Ajili ;
– Le sergent Bilel Jefaflia ;
– Le sergent Akram Ben Saleh.

Liste des soldats blessés :
– Le capitaine Mounir Zaïri ;
– Le caporal Montassar Chourabi ;
– Le sergent-chef Haikel Hedhli ;
– Le sergent Khalil Labrak.

15 juin 2015
Deux gardes nationaux sont tués dans une attaque contre un barrage de police à Bousbiaa dans la région de Sidi Bouzid

Un groupe d’individus armés a attaqué, le lundi 15 juin 2015 à l’aube, un point de contrôle de la Garde nationale, tuant deux gardes. Le point de contrôle est situé dans la localité de Bousbiaa, entre les villes de Sidi Ali Ben Aoun et Bir Alhaffi dans le gouvernorat de Sidi Bouzid.

Les deux membres de la Garde nationale décédés sont :
– Moneem Gharsalli, capitaine et commandant du régiment;
– Romdhan Khadhraoui, chef de la garde nationale de la localité de Hichrya

Huit citoyens, trois gardes nationaux et un caporal de l’armée tunisienne ont été blessés suite aux échanges de tirs entre les forces de la Garde Nationale et les assaillants. Un des présumés terroristes a également été blessé avant d’être arrêté.

15 juin 2015
Un sergent de la Garde nationale tué lors d’affrontements avec des individus armés à Sidi Ali Ben Aoun

Environ trois heures après l’attaque de Bousbiaa, des individus armés ont pris pour cible un garde national à Sidi Ali Ben Aoun : le caporal Aymen al-Masoudi. Le sergent a trouvé la mort dans l’attaque, l’assaillant a été abattu.

15 juin 2015
Un mort et 4 blessés suite à une attaque contre une patrouille de la Garde nationale à Ghar Dimaou

Vers 16h, et à quelques heures d’intervalle de deux attaques survenues dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, un groupe armé a attaqué une patrouille de la Garde nationale aux environs de la ville de Ghar Dimaou. Un garde national à été tué et 4 autres blessés suite à l’attaque.

26 juin 2015
Attaque d’un hôtel à Sousse

Des hommes armés ont attaqué, vendredi 26 juin à la mi journée, un hôtel dans la zone touristique d’El Kantaoui, à Sousse.

Deux assaillants ont ouvert le feu sur les touristes étrangers pour la plupart, présents sur la plage, puis l’un d’entre eux est entré dans le hall de l’hôtel où il a ouvert le feu sur des touristes et a fait explosé une bombe prés de la réception.

L’attaque a causé, selon les chiffres officiels,
– La mort de 40 touristes ;
– Plus de 36 personnes ont été blessées, dont 3 Tunisiens ;
– La mort d’un des assaillants ;
– L’arrestation d’un individu soupçonné d’être impliqué dans l’attaque.

NDLR : Le nombre de victime pourrait augmenter, du fait de la situation critique de certains blessés.

12 octobre 2015
Un berger kidnappé puis exécuté à Mont Semama

La dépouille, identifiée comme étant celle du berger, Néjib Gasmi a été découverte par l’armée, dans la zone militaire fermée au Mont Semama. Le berger originaire du village de Semama avait été kidnappé, dimanche 11 octobre 2015, par des un groupe armée retranché dans la montagne.

Selon des sources médicales à l’Hôpital régional de Kasserine relayées par l’AFP, le corps de la victime porte une trace de balle à la tête et des contusions à plusieurs endroits.

12 octobre 2015
Deux morts et quatre blessés dan une opération de ratissage

Deux militaires sont morts et quatre ont été blessés dans les opérations de ratissage menées, lundi, au Mont Semama, à la recherche du groupe armée responsable du kidnapping et de l’assassinat du berger Néjib Gasmi, avait annoncé le porte-parole du ministère de la Défense nationale, Belhassen Oueslati.

28 octobre 2015
Le corps sans vie d’un berger retrouvé à Jebel Kassar

Le corps de Sami Ayari originaire de la région de Hezim près de Jebel Ouergha au gouvernorat du Kef, retrouvé hier en état de décomposition à Jebel Kassar El Klel, porte des traces d’égorgement, selon un de ses proches.

13 novembre 2015
Un jeune berger décapité par la brigade Oqba Ibn Nefâa

Mabrouk Soltani, un jeune berger de 16 ans, originaire de Slatnia de la ville de Jelma dans le gouvernorat de Sidi Bouzid a été tué le 13 novembre sur le mont Mghilla, dans le centre-ouest de la Tunisie. Un groupe jihadiste se présentant comme la brigade Oqba Ibn Nefâa a revendiqué le meurtre, l’accusant d’avoir collaboré avec les forces de l’ordre pour les informer des mouvements des jihadistes dans la zone.

carte-terrorisme-tunisie-mabrouk-soltani-inkyfada
15 novembre 2015
Un caporal-chef de l’armée et 7 individus armés, tués dans des affrontements au Mont Mghila

Des affrontements ont éclaté à l’aube du dimanche 15 novembre au Mont Mghila dans le gouvernorat de Sidi Bouzid, entre des unités de l’armée nationale et un groupe d’individus armés. L’armée menait une opération de ratissage suite à la décapitation du jeune berger, Mabrouk Soltani.

Un caporal-chef de l’armée a perdu la vie lors des affrontements. 7 individus appartenant au groupe armé ont été tués et plusieurs autres blessés a indiqué aux médias le lieutenant- Colonel Belhassan Oueslati.


Attentat contre un bus de la garde présidentielle fait 12 morts et 20 blessès
24 novembre 2015
Attentat contre un bus de la garde présidentielle fait 12 morts et 20 blessès

Une explosion a visé, mardi 24 novembre à 17h05, un bus de la garde présidentielle stationné à une rue perpendiculaire à l’avenue Mohamed V entre l’ancien siège du RCD et l’hôtel du lac. Un premier bilan a fait état de 12 morts et 20 blessés dont trois grièvement parmi les agents de la garde présidentielle. 4 civils ont été légèrement blessés. Une treizième dépouille a été retrouvée sur les lieux de l’attentat. Cette dépouille pourrait être celle du kamikaze.

La brigade Katiba Oqba Ibn Nefâa a revendiqué l’attentat perpètre selon le communiqué par Abu Abdallah Ettounsi.

Le jeudi 26 novembre, le ministère de l’intérieur a annoncé que l’identité du treizième cadavre a été révélé par les testes ADN. Il s’agit de Houssem Abdelli, 27 ans, originaire de la ville de Mnihla dans le gouvernorat de l’Ariana du grand Tunis.

Note de l'auteur

Les autorités n'ont jamais communiqué un décompte précis des événements. Elles n'ont pas non plus donné d'explication convaincante, pour l'opinion publique, quant aux commanditaires et motivations à l'origine de ces événements. Les poursuites judiciaires engagées n'ont, quant à elles, pas encore abouti.
Cette carte recense donc les faits et établit le décompte du bilan humain, mais ne valide pas la version officielle sur les tenants et aboutissants de ces événements.

ECRIT PAR
Walid Mejri Journaliste co-fondateur d'inkyfada, spécialisé en investigation et data journalisme. Je m’intéresse particulièrement aux sujets liés à l'immigration et les mouvements djihadistes en Tunisie et dans le monde arabe.
EN COLLABORATION
Chayma Mehdi - Intégration et Développement
Wassim Ben Ltaief - Code et Programmation
Malek Khadhraoui - Concept et Storyboard
Sana Sbouai - Édition