Karim, 21 ans, étudiant : 1300 dollars canadiens par mois

Karim, 21 ans, est étudiant au Canada, où il est parti poursuivre ses études en Administration et finances, juste après son bac. Il vit de l’argent que lui donnent ses parents.

10/09/2015
Karim*, 21 ans, est étudiant au Canada, où il est parti poursuivre ses études en Administration et finances, juste après avoir eu son bac. Depuis bientôt 3 ans qu’il habite seul, il a appris à gérer ses dépenses et à les contrôler.
Entre quelques petits boulots qu’il fait au besoin, l’aide de ses parents et la recherche de bonnes affaires, Karim a trouvé un certain équilibre et sait maintenant économiser et contrôler ses sorties et ses achats pour pouvoir vivre aisément.
Voici un résumé de ses entrées et sorties d’argent mensuelles :
Infographie1
Karim peut se permettre aujourd’hui de jongler avec son budget. Quand il a besoin d’un extra il travaille quelques jours juste le temps de gagner la somme dont il a besoin pour sortir ou pour s’acheter des vêtements. Au début ses parents lui envoyaient de l’argent le temps qu’il s’orienter et qu’il apprenne à gérer. A présent il peut aisément se permettre quelques petites folies (sorties, shopping…). Il partage son loyer avec deux autres personnes et se déplace facilement grâce aux transports en commun, il n’a donc pas besoin de voiture et n’a pas de grandes dépenses.
Aujourd’hui voilà ses pôles d’entrées et de sorties d’argent :
Infographie2

Zone grise

Karim vit à l’aise et ne se plaint pas, il aimerait néanmoins faire des économies pour pouvoir alléger le coup de ses études et de sa vie à l’étranger pour ses parents.
«
Mes parents veulent le meilleur pour moi, ils ne m’ont jamais rien dit et veulent que je sois heureux et je les remercie infiniment, mais j’aimerais bien participer un peu à mes frais d’études et à ma vie ici.

»

Les parents de Karim ont tout prévu pour pouvoir lui envoyer de l’argent, malgré le fait que la législation tunisienne plafonne la conversion à 6000 dinars par an. Ils trouvent des alternatives. Karim a deux tantes qui vivent et travaillent au Canada, et les membres de la famille se sont mis d’accord entre eux pour aider Karim sur place.
Questionné sur sa place sur l’échelle sociale, il déclare que : “Pour un étudiant je vis plutôt aisément. Je pense être juste au dessus du niveau d’un étudiant moyen ici. Mais par rapport au niveau de vie d’un résident canadien, je suis nettement en dessous.”
Karim se réjouit de ne pas avoir à se soucier de ses fins de mois, mais estime tout de même que si il pouvait avoir plus d’argent il vivrait mieux : “On a toujours besoin de plus, mais je fais avec ce que j’ai.”

Futur

Karim envisage de déménager dans un appartement pour y vivre seul. “Je veux déménager et vivre plus près de mon université. Je prévois de louer un appartement et de le meubler moi même. Je suis conscient que cela va coûter cher donc je prévois de travailler très dur à partir de la rentrée prochaine pour pouvoir me l’offrir”.
Il espère finir ses études dans 2 ans et pouvoir travailler un moment au Canada. “Je n’ai pas dans mes projets de m’installer ici indéfiniment, je veux retourner en Tunisie. Mais si je trouve un bon travail ici rien ne m’empêche de vivre entre les deux pays. Certains diplômés de mon université ont trouvé du travail rapidement après avoir eu leur diplôme, et certains d’entre eux arrivent à gagner plus de 50 000 dollars canadiens par an, soit 78 000 dinars annuels, a à peine 30 ans. Je veux travailler dur pour y arriver.”
Note de l'auteur

Le jeune étudiant a demandé à rester anonyme.
Alors que certains bacheliers vont quitter le pays à la rentrée pour poursuivre des études à l'étranger, un tour dans le porte-monnaie d'un étudiant tunisien au Canada est un exemple intéressant.

La rubrique Stouchi tire son origine de la rubrique "Votre porte-monnaie au rayon X" de nos amis du site français Rue 89.

ECRIT PAR
Yasmine Chaouch Etudiante en journalisme, j'écris sur les sujets de société, la culture et le cinéma. Les reportages et le travail sur le terrain m'attirent beaucoup.
EN COLLABORATION
Sana Sbouai - Édition
Malek Khadhraoui - Infographies
Abir Ben Smaya - Intégration et Développement