« Les gens de l’autre rive »

Elles ont perdu leurs fils, petits-fils ou maris, alors qu’ils tentaient de rejoindre l’Europe en bateau. Portrait photo de femmes dont la vie s’est suspendue.

Aymen Omrani Photoreportage
11/06/2015
En tout vingt femmes ont posé pour parler de leur histoire. Des femmes originaires de différentes villes de Tunisie qui attendent, depuis des années, de savoir si leurs fils, petit-fils ou maris, sont morts en voulant rejoindre l’autre rive, ou si ils ont réussi à passer. Que sont devenus ces hommes? C’est la question qu’elles posent sans fin à des autorités qui restent muettes.
Pour le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux et la fondation Rosa Luxembourg, le photographe Aymen Omrani est parti à la rencontre de ces femmes pour les photographier et essayer de montrer leur attente. Un travail qui donne lieu à une exposition, qui débute vendredi 12 juin à 18h au siège de la fondation Rosa Luxembourg à Tunis et qui se poursuivra pendant 5 jours.
Cette action, lancée par le FTDES, se fait dans le cadre de la coalition Boats4People, qui réunit des associations européennes et africaines, qui défendent les droits des migrants en mer et plaident pour la liberté de circulation de tous.
Monter une exposition de photo de femmes dont, pour la plupart, les enfants ont disparu, c’est solliciter la société civile et les autorités, pour ne pas fermer les yeux sur la situation et mettre en place une politique migratoire respectueuse des Droits humains.
Inkyfada a choisi de s’associer à cette initiative. En avant-première nous diffusons douze photos de huit de ces femmes, avant l’exposition qui aura lieu pendant 5 jours et durant laquelle soixante photos seront présentées.
Om el Khir Ouirtatani est une mère de trois enfants, dont Ritej la cadette de sa fratrie, née quelques mois après le départ de son père, Nabil Ghuizaoui et le 29 mars 2011. Co-fondatrice de l’association « Terre pour tous », Om el Khir travaille en tant qu’institutrice auprès des enfants de cité El Nour et milite au quotidien pour subvenir aux besoins de sa famille et raviver la mémoire de son mari. Crédit image : Aymen Omrani.

Note de l'auteur

Ce travail est le fruit d’une collaboration entre Aymen Omrani, le Forum Tunisien des Droits Economiques et Sociaux, la fondation allemande Rosa Luxembourg. La question des disparus en mer revient dans le débat de manière brûlante suite aux départs massifs de migrants. Il a été choisi d’aborder le sujet autrement.

ECRIT PAR
Aymen Omrani Photographe, travaillant sur différents genres de photo, Aymen Omrani a également été cameraman pour des documentaires sur des questions sociales et politiques. Il est un des fondateurs de Taabir, association tunisienne d'expression digitale et artistique.
EN COLLABORATION
Sana Sbouai - Édition
Abir Ben Smaya - Intégration et Développement
Kais Zriba - Illustrations